Libellés

vendredi 25 novembre 2011

poème

Liens
Ami lecteur vois-tu dans le foisonnement
Des mots amoncelés au gré des états d'âme
Le souffle passionné, invasif et puissant
Des liens forts et vivants qui m'unissent à la terre
Du pays vert et bleu tout nimbé de mystère
Cet océan des bois où navigue mon âme

Aux sources de l'enfance, au rythme des années
Voir la forêt mouvante affirmer sa conquête
Accompagner les chênes dans leur lente poussée
Par les landes et les gorges silencieuses et secrètes
Ecouter le murmure des sources innombrables
Et traverser le temps de saisons mémorables

Ce monde lumineux s'estompe au crépuscule
Et l'esprit se libère enfin des apparences
Approche le rivage d'un univers immense
Où la raison s'éteint, le quotidien bascule
Pour enfin libérer la douce symphonie
Effaçant la mémoire dans un berceau d'oubli

Et s'offre le bonheur sur la terre bienheureuse
Sans espérances vaines conjuguées au futur
Avant de s'endormir à l'ombre des vieux murs
Vivre encore un instant l'étreinte des amants
Jusqu'à l'aube naissante d'une journée brumeuse
Où la rosée se mêle aux larmes des vivants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.