Libellés

jeudi 10 mai 2012

poème

Daoulas

Les dentelles de schiste
Accrochent les nuages
Dans cet endroit sauvage
Où la beauté persiste

La vallée verte s'endort
Sous sa cape de bruine
Enveloppant les ruines
De biefs qui coulent encore

Et la mémoire dérive
Dans la gorge profonde
Où les échos de l'onde
Ricochent sur les rives

Sommeil de deux milles ans
D'un ancien pont romain
Y dansent les lutins,
Passe l'eau, passe l'an!

Fier torrent bondissant
Le Daoulas lave l'or
Et offre ses trésors
A l'éphémère passant.

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer