Libellés

lundi 29 décembre 2014

Poème

Pensées testamentaires (de fin 2014!)

A tous les jours passés où je n'ai pas vécu
Aux jours si bien vécus depuis longtemps passés
Au temps indifférent auquel j'ai survécu
Aux heures alors si lentes de jeunesse envolée
Lumière crépusculaire

Inutile attribut de vaine carapace
Le masque disparaît pour libérer l'esprit
Les jours me sont comptés, les années hors de prix
Déclinent en silence le tout dernier espace

Des rigoureux hivers aux douceurs des étés
Ces merveilleux instants du grand plaisir d'apprendre
Pour oublier le temps des désirs sacrifiés
L'espace de liberté que j'étais las d'attendre
Crépuscule sur l'île de Bréhat

Et puis enfin l'amour, j'en connaissais bien peu
Le premier maternel dont j'étais redevable
La flèche de Cupidon seul objet de mes voeux
Frappant le coeur ouvert d'un amour délectable

Je m'enivre aux parfums de toute connaissance
Ces nouveaux continents aux rivages inconnus
La conscience peut enfin révéler l'ignorance
Par de là  l'océan des croyances déchues

Mes enfants, mes amis, laissez donc mon visage
Se patiner des rides que je n'ai pas choisies
Le temps n'est pas venu pour que s'arrête ici
Un passeur découvrant le long chemin des sages.


mardi 23 décembre 2014

Minéralogie

La Labradorite

Suite à une question d'internaute à propos de l'article publié le 27 novembre dernier sur la Pierre de lune, voici quelques précisions sur la Labradorite. De mon point de vue, les deux pierres ne peuvent être confondues, même si elles possèdent en commun l'effet Schiller d'adularescence, cette propriété de la lumière à pénétrer le minéral et à produire le chatoiement des couleurs.
Labradorite polie de Madagascar
La labradorite est un tectosilicate de la famille des feldspaths plagioclases calcosodiques, appelé en minéralogie l'Anorthite. Ce minéral appartient au système cristallin triclinique et sa formule chimique est (Ca, Na)AlSi4O8 avec traces de Fe,K et H2O (série continue du pôle Ca au pôle Na: anorthite-albite). Sa densité varie de 2,68 à 2,71 ce qui est bien supérieur à celle de la Pierre de lune. Décrite au Labrador (Canada) cette pierre est fréquente dans les zones de massifs cristallins et métamorphiques.
Pour ce qui concerne la littérature autour de cette pierre, elle me fait penser à une opinion de Jean Marie Blas de Roblès notée dans son livre Là où les tigres sont chez eux,  où il écrivait à propos de la crédulité des gens: "...la religion,l'astrologie, le spiritisme et autres balivernes, ces variétés de la sottise où continue à se recroqueviller l'esprit de nos contemporains" et je laisserai donc de côté cette littérature qui vise surtout à vendre. Néanmoins, je ne résiste pas pour terminer la comparaison avec la Pierre de lune, à noter que si cette dernière est le talisman des gens qui vivent au présent, la labradorite est le talisman des solitaires malgré eux! car il suffit d'en avoir dans la poche pour se faire des relations (dixit les lithocharlatans!) Ses couleurs intenses de bleu métallique la rendent facilement identifiable, même pour un amateur. Certains échantillons exceptionnels présentent le spectre entier des couleurs et en font des pierres très recherchées des collectionneurs mais aussi des joailliers (cabochons).

mercredi 17 décembre 2014

Poème

Rocher du Marquis

Un éperon sous végétal
Amas de roches face au couchant
Discret fantôme méditant
Le Marquis garde son Canal
Rocher du Marquis été 2013

Sur les reliefs du grand rocher
Se brisent les assauts du vent
Et le veilleur indifférent
Protège la source enchantée

Chemin vers le rocher du Marquis en mars 2013






L'hiver avance sous vents de pluie
Et la lumière décline encore
Les spectres nus des arbres morts
Entrent dans l'ombre d'une longue nuit

Dans la vallée une cloche sonne
En moi résonnent des souvenirs
Je ne sais comment te les dire
Mélancolie d'un soir d'automne

Le lavoir en mars 2013

L'eau de la source coule sans fin
Dans le lavoir abandonné
C'est un endroit connu des fées
Un paradis sur mon chemin

Dans ce décor silencieux
Naissent et puis meurent de vraies passions
Pendant que s'endort la raison
S'ouvre un espace de rêves bleus.

samedi 6 décembre 2014

Art et patrimoine

Les petits secrets de la chapelle de Rosquelfen en Laniscat (22570)


Croix "pattée" dans une dalle de sol 
Petit à petit, la chapelle de Rosquelfen livre ses petits secrets enfouis dans son passé. Les derniers travaux sur le mur nord de la nef en 2013 ont nécessité le déplacement des dalles de schiste qui constituent le pavage de la nef. Parmi celles-ci, une dalle retient l'attention. Elle se trouve à hauteur de l'entrée Sud et vers le mur du fond. Une croix à huit pointes figure en son centre et une plus petite à chaque extrémité de la dalle. Il s'agit d'une pierre d'autel destinée au culte et qui provient probablement de l'un des autels latéraux ou élévations qui encadrent habituellement un Chancel ou un Jubé comme c'était le cas dans la chapelle.
Extrait d'un dessin de Filiger

En écrivant le document sur Gouarec avec Pierre Le Dour, un chapitre dédié au célèbre peintre Charles Filiger a retenu l'attention du Directeur honoraire du musée des Beaux Arts de Quimper (Mr André Cariou)qui nous a transmis ce dessin de Filiger noté Bosquenfel 1906. Sans aucun doute possible,il a été réalisé par le peintre dans la chapelle de Rosquelfen  et à partir de l'étude du retable, ancien jubé de la chapelle datant du XVIe siècle (mobilier classé). Le motif de l'ange et l'ensemble de la frise en haut du document correspondent aux sculptures du retable (voir photo).
Il est facile d'imaginer Filiger montant à Rosquelfen par le chemin de Stango et s'installant dans la chapelle, un lieu proche de Gouarec et qui va l'inspirer. Dans la précision de ce dessin, c'est tout l'art de l'observation de ce peintre ami de Gauguin et Sérusier qui s'exprime et qui nous émeut cent huit ans plus tard.
Sur Filiger, lire "Gouarec, Découverte du patrimoine"  par Pierre Le Dour et Pierre Jézéquel, 2014. Autres Sources: André Cariou et Musée des Beaux-Arts de Quimper. Cliquer sur les photos pour les agrandir.

jeudi 27 novembre 2014

Minéralogie

La pierre de lune

La "pierre de lune" est aussi appelée Sélénite ou Hécatolite (de Séléné et Hécate, les déesses de la lune dans la mythologie grecque). Pour les minéralogistes, il s'agit d'un tectosilicate appelé Feldspath orthose de formule KAlSi3O8, monoclinique à éclat vitreux, transparent à laiteux (densité 2,5 à 2,6).

Les reflets observés à l'intérieur du minéral correspondent à un phénomène de réfraction de la lumière sur les plans de clivage et de diffusion dans la masse du minéral; ce phénomène est nommé adularescence parfois aussi nommé opalescence. Les pierres de lune recherchées ont des reflets bleutés, le jaune est plutôt pénalisant. Le clivage parfait de l'orthose permet de différencier la pierre de lune des espèces minérales proches et opalescentes comme la calcédoine ou l'agate teintée.Les principaux gisements de cette pierre se trouvent en Australie, Brésil, Tanzanie, Inde, Birmanie et même en Suisse (Mont Adula a donné l'adulaire).
La symbolique de cette pierre est liée à la lune et le côté féminin de notre nature. C'est une pierre sacrée en Inde: elle apporte la bonne fortune, symbolise la tendresse maternelle, l'amour et les cycles de la lune et  cycles féminins. Elle est céleste, captivante et troublante.
Si l'on sort du domaine scientifique pour aborder les croyances, la lithothérapie lui attribue de  nombreuses vertus. En outre, elle reconnecte avec le monde poétique. Le site breton www.douaroularz.com donne un aperçu de l'étendue des vertus de cette pierre (à ne pas confondre non plus avec la Labradorite).Il cite également les mots clés ombre, lumière, profondeur de l'être, douceur, tolérance. Chaque jour est une naissance et chaque instant une nouvelle vie; le talisman de ceux qui vivent au présent en somme!

lundi 17 novembre 2014

sculptures et géologie

Sculptures naturelles en granite et main de l'homme


granite rose à Trégastel, 22

C'est l'érosion naturelle qui a provoqué cette morphologie de bloc basculé en granite rose, sur la côte entre Trégastel et Perros-Guirec, un endroit battu par les vents marins, l'eau et le sable fin transporté dans l'air. Cette sculpture naturelle de la roche donne des formes qui varient constamment en fonction de l'heure du jour, des saisons et du temps qu'il fait.


Sur la deuxième photo, le bloc en forme de galette est percé  selon les mêmes processus de dissolution chimique que ceux évoqués dans des articles antérieurs sur le granite de Rostrenen notamment (Kerbescond, Hacadour, Pont-Croix...)
Entre la grève blanche et Renote
Cette vue montre comment se fait le creusement de gorges dans le granite à partir d'un résidu de terre végétale et végétaux encore présents au sommet d'un bloc. L'écoulement de l'eau acide sur le côté du bloc produit lentement (il faut considérer l'échelle de temps en milliers d'années) des "rigoles" qui vont progressivement fractionner le bloc.
Sculpture à Ploumanach:22


Toujours en granite rose, mais cette fois la main du sculpteur s'est attardée sur ce bloc de granite rose pour donner un personnage qui fait penser au nain "Gimli" de la "Communauté de l'Anneau", un épisode de l'oeuvre célèbre de Tolkien "Le seigneur des anneaux".

lundi 10 novembre 2014

Poème et peinture

Sonnet des remords
Les confidences d'Erato: aquarelle couleurs inversées

Quand je m'endormirai,Déesse indifférente
Dans mon vaisseau de pierres sur la lande amarré
Et que seuls les grands arbres par l'automne effeuillés
Gémiront sous le vent de tempêtes naissantes

Quand le voile du temps blanchira mon visage
Le regard effacé sous mes paupières closes
Les couleurs envolées comme au jardin les roses
Leurs épines dressées en ultime héritage

Alors j'emporterai  la symphonie troublante
Des soupirs et des rires, des rêves et des rimes
Par les chemins déserts son souvenir s'abîme

Erato, entends-tu les fées qui se lamentent
Sur un présent fatal où se laissent mourir
Les trésors éphémères du jardin des plaisirs?

mercredi 5 novembre 2014

Climat et paysage

Effets de la variabilité climatique sur le paysage à Rosquelfen en Laniscat (22)

L'année 2014 a été globalement chaude, particulièrement en fin d'été et début d'automne. Le rafraîchissement net des températures n'est intervenu que ces derniers jours en novembre. Cette douceur continue modifie l'aspect de la nature et donc les paysages.


Cette vue de la voie romaine, face à Lann Uhellan en octobre 2003, montre la  coloration des hêtres qui prennent leurs couleurs d'automne avant de perdre leurs feuilles. La durée de cette période dépend des vents qui peuvent abréger ce temps de belle polychromie en accélérant la chute du feuillage.





Le même endroit, un peu plus proche de Kergoten et dans le sens vallée du Daoulas-Rosquelfen, en novembre 2014, montre des arbres verts, en frondaisons estivales pourrais-je dire, puisque la température est constamment élevée et  au dessus des valeurs moyennes enregistrées depuis que ce suivi est réalisé.

Cette dernière photo montre la vallée du Blavet vue de Rosquelfen. Elle témoigne de la poussée du bois qui monte inexorablement à l'assaut de la Lande du Liscuis face au "Bonnet Rouge" (voir légende de Conomor dans articles précédents). Ainsi, petit à petit, l'espace de landes et fougères "Aigle" qui se détache en rouge sur la photo (cliquer dessus pour l'agrandir) disparaît peu à peu. L'évolution climatique n'est pas seule en cause dans ce phénomène. L'évolution rapide du niveau de vie (abandon du bois en usage domestique) et la désertification des campagnes depuis la dernière guerre ont également accéléré le processus de reboisement ou de progression des espaces boisés au détriment de la lande qui n'est plus entretenue ni utilisée comme autrefois (alimentation des chevaux, litière animale). Mais cette évolution n'altère pas la perpétuelle magnificence de cet espace sauvage et préservé.

jeudi 30 octobre 2014

Dessin et poème

Un quatuor à Toul Goulic le 25 octobre 2014


Le Blavet dans le chaos de Toul Goulic
Quatuor passager au fond de la vallée
Où les mouvements d'eau sonorisent l'espace
Tu pénètres un décor étrange et préservé

Le soleil est d'automne et colore en surface
Les roches amoncelées façonnant des cavernes
Au grand manteau de mousses abondantes et vivaces

De vieux arbres moussus aux racines externes
Jusqu'à l'eau bouillonnante ceinturent les rochers
A travers les feuillages, ombres et lumière alternent

Toul Goulic: AJ: pastel sur papier

Les forces de la terre viennent ici s'accorder
Dans le chaos sonore où l'harmonie rayonne
Air et sol au Blavet vont alors fusionner

L'énergie rassurante ondule et je m'étonne
De l'effet singulier qu'un tel endroit produit
Espace intemporel où l'âme s'abandonne

Du fond de la vallée aux couleurs de la vie
La rivière coule et passe sans jamais se tarir
Jusqu'au vieux pont de pierres qui surplombe son lit

Le quatuor observe les sensations grandir...



NB; Toul Goulic, Lanrivain en Côtes d'Armor
(Photo du 25/10/2014 et pastel de 2013)

dimanche 26 octobre 2014

Poème

Songes d'automne

L'automne ici qui me ressemble
Est la vie et la mort mêlées
Des feux allumés sur la lande
Qui s'évanouissent aussitôt nés

Temps imparfait donc révolu
Riche mémoire toujours vivace
De belles heures ici vécues
Espoirs au bilan s'entrelacent
Ciel d'orage en septembre

Partir pour un temps, disparaître
Quitter la lande à reculons
Comme les couleurs à ces grands hêtres
Avec la mort des frondaisons

Rien n'est jamais définitif
Pas plus les mots que l'intention
Les plaisirs sont aussi furtifs
Qu'un ciel d'azur en la saison

Tout ce que j'aime est éphémère
Comme l'automne et ses couleurs
Les chemins creux restent déserts
Le jour égrène ses courtes heures

Automne encore et j'imagine
Un pays d'or et de lumière
Jardin des fées sur la colline
Au bleu taché de vieilles pierres
Lune rousse et pleine de septembre

La nuit tombée, une lune rousse
Eclaire parfois l'ancien chemin
Lumière d'ambre au soir me pousse
Vers la vallée du vieux moulin

Mourir un temps et puis renaître
Pour la mémoire ensevelie
C'est un automne à ma fenêtre
Où je regarde tomber la pluie.

vendredi 24 octobre 2014

Histoire et patrimoine

Découverte du patrimoine de Gouarec (Côtes d'Armor)


L'intérêt du public pour le patrimoine de Gouarec se confirme chaque année par la demande continue et particulièrement en période estivale de visites guidées de la ville. Ces visites initiées par l'Office du Tourisme du Kreiz Breizh ou par des associations locales comme les Korriganed Gouarec ou les Historiques (rando nocturnes théatralisées), regroupent plusieurs dizaines de personnes et plusieurs fois dans l'année. Cet intérêt du public a incité les auteurs à éditer une brochure qui synthétise les données de leurs recherches sur le riche patrimoine historique de Gouarec. L'ouvrage s'intitule "Gouarec, découverte du patrimoine". Il est constitué de 32 pages regroupant 22 sujets et 35 illustrations dont d'anciennes vues de Gouarec du début XXe siècle et sera disponible au salon du livre de Carhaix les 25 et 26 octobre, puis ensuite chez les auteurs, Pierre Le Dour et Pierre Jézéquel.

mercredi 15 octobre 2014

Land Art sculptures

Sculptures éphémères ou Land Art à Trestrignel en Perros-Guirec (22)

En me promenant le 14 octobre dernier sur le chemin qui domine la plage de Trestrignel en Perros-Guirec, je remarque un homme qui gratte le sable avec un rateau.

Un pêcheur à pied, ramasseur de coques ou autres bivalves enfouis dans le sable? Non, un sculpteur de l'éphémère qui construit patiemment un dessin aux formes complexes. L'assurance de ses gestes m'étonne car il me paraît difficile d'appréhender la globalité de  l'oeuvre dans une telle proximité avec elle. La saison d'automne permet cette performance artistique car elle est réalisée sur une plage désertée par les touristes et qui constitue le support idéal pour ce genre de tableau dont la durée ne dépend que de la marée.


Le Land Art intrigue, intéresse et surprend les quelques promeneurs qui ont le privilège de marcher sous le magnifique soleil de cette journée d'automne dans l'un des plus beaux endroits de la côte nord des Côtes d'Armor, le pays du granite rose.
(pour agrandir les photos, cliquer dessus).

mercredi 8 octobre 2014

Patrimoine rural

La Loge Michel en Laniscat (Côtes d'Armor)


La loge Michel en octobre 2014
La loge Michel est une habitation typique du XIXe siècle construite à partir de grandes dalles de schiste dressées, jointoyées par des solins et sur lesquelles repose la toiture également en ardoises du pays. Cette construction utilise donc le matériau abondant et exploité durant tout le XIXe et le début du XXe sur les landes du Liscuis à proximité. Son intérêt en tant que témoin préservé de l'habitat rural pauvre a été conforté le 23 juin 2014 par un arrêté d'inscription à l'inventaire des monuments historiques pris par le Préfet des Côtes d'armor.

Pignon sud de la loge avec sa cheminée en 2014
Sur la photo du pignon sud de la loge, on aperçoit l'ingénieux montage de dalles d'ardoises pour réaliser le conduit de cheminée. En entrant dans la loge, contre le mur du fond sont alignés le lit-clos à rideaux et les armoires; côté entrée et fenêtre, le coin repas avec la table et les bancs. Le sol est en terre battue. Le chauffage et la cuisson des aliments sont assurés par la cheminée. Ce mobilier d'époque servait encore en 1965 (Rosalie). L'association Connaissance et Sauvegarde du Patrimoine (ACSP de Saint Nicolas-du-Pelem) assure l'ouverture et les visites ainsi que l'entretien du mobilier et tissus internes périodiquement. Plusieurs loges de ce type existent encore dans le pays (Canac'hlaeron près de Rosquelfen). La loge Michel se situe à proximité immédiate du bourg de Laniscat. Un fléchage permet de trouver l'endroit  sans difficultés.


vendredi 3 octobre 2014

Sculpture et patrimoine

Un blason en mairie de Laniscat (Côtes d'Armor)

Un magnifique blason sculpté dans un bloc de granite clair est apporté en mairie par un habitant de Saint Ygeaux. L'origine de cette pierre sculptée est  connue et provient de Keriolet en Laniscat. Elle fait immédiatement penser à une partie du blason dessiné par Frotier de la Messelière lors de sa visite du manoir de Kériolet.

Il y a cependant une différence avec le dessin de Frotier de la Messelière car ce dessin est composé de deux blasons surmontés par une couronne de vicomte, le blason à gauche étant à 7 macles comme celui de la photo et le blason de droite: "d'azur à la bande d'argent (sur laquelle est écrit NAMERI) accompagnée de trois mains dextres d'or, posées 2 et 1".Ce blason correspond d'après cet auteur, à celui de la famille De la Touche de Porman. La date qui figure sur celui-ci: 1717 est intéressante car elle correspond au mariage de René de la Touche de Porman avec Catherine-Yvonne Guiller du Guernic dont il serait logique de retrouver les armes associées et donc sur le blason de gauche ("d'or au dragon ou salamandre vomissant des flammes de gueules"), mais il n'en est rien. Il s'agirait à première vue d'une copie du premier blason du vicomte de Rohan et non pas celui  du Quélennec comme indiqué par erreur sur un site de généalogie (cette famille n'a jamais possédé de macles dans ses armes). Ce blason adopté par Geoffroy de Rohan en 1216 et 1222 est à sept macles ("de gueules à sept macles d'or aboutées trois par trois et un en pointe"). On devine sur la photo les sept prismes ou macles qui correspondent morphologiquement aux sections orthorhombiques des andalousites des Salles en Sainte Brigitte (56), réputées à l'origine des armes de la famille de Rohan. C'est entre 1562 et 1575 que Henri Iier de Rohan adopte les neuf macles. L'ajout de deux macles supplémentaires autour de la macle en pointe résulte d'une modification de la forme des blasons qui vont s'élargir progressivement à la base par rapport aux blasons du XII et XIIIe siècle qui étaient plus pointus.Pourquoi ces armoiries fort connues et uniques se trouvent associées à celles de la Touche de Porman? Cette pierre aurait elle été retouchée  ou modifiée après 1717 et avant 1850, date où les armoiries étaient  encore visibles? Il s'agirait alors d'un faux. voilà un mystère à élucider sur Kériolet décidément bien riche en pierres sculptées (voir article précédent sur le calvaire de Kériolet)
Sources: Pierre Le Dour, CGHP, nobiliaires bretons Briant de Laubrière, Potier de Courcy.

mercredi 1 octobre 2014

Poème

Octobre

Nouvel octobre, parfums d'automne
Douce clarté de tes beaux jours
Landes et ardoises s'abandonnent
A la naissance de tes atours
Chaque saison ici m'étonne!
Chemin sur la colline du Liscuis

 Mon regard scrute la colline
Au manteau richement brodé
Les ronces enferment sous les ruines
D'étranges grottes abandonnées
Le vent parfois cède à la bruine

Rêve automnal en ce beau jour
Subitement interrompu
Par la conscience du temps qui court
Et qui ne s'arrêtera plus
Passe la saison des amours
Land art au Liscuis à la tombée du jour

Il est parfois quelques sanglots
Au souvenir d'instants féeriques
Comme la vogue fendant l'eau
En sa recherche poétique
Sur cet étang au vieux château

Un grand corbeau ce soir croasse
Vers le moulin et son val noir
Les ombres alors couvrent l'espace
Et seul l'oiseau garde en mémoire
Les traces de ce temps qui s'efface.

lundi 22 septembre 2014

Légende

Boudédé et le chaos du Corong

Un article récent sur le blog (du 8 septembre 2014) donne un aperçu du chaos granitique du Corong et son histoire géologique. mais cet endroit du centre Bretagne (entre Locarn, St Nicodème et Duault: département des Côtes d'Armor) possède aussi sa légende, celle du géant Boudédé qui passait par cet endroit et gêné par des cailloux dans ses chaussures, les abandonna en vrac dans cet endroit. Depuis, ce secteur boisé est en effet particulièrement riche en blocs de granite dont certains sont sculptés par la nature comme celui-ci, appelé le masque de Boudédé et dans lequel on aperçoit effectivement l'emplacement des yeux qui correspond à des marmites de dissolution chimique.
 
 De même le dolmen de Boudédé n'est autre que le sommet du chaos granitique situé en bordure de forêt au dessus et en rive droite de Follézou, la rivière qui coule sous l'amas de rochers.                                                  

mercredi 17 septembre 2014

Patrimoine rural

Journées du Patrimoine et chapelle de Rosquelfen en Laniscat (22570)

Chapelle de Rosquelfen en 2014

Les 20 et 21 septembre 2014, journées du Patrimoine, la chapelle de Rosquelfen sera visitable de 10 à 12h et 14 à 18h. De nombreux articles publiés depuis 2011 sur ce blog font le point sur l'avancement des travaux de restauration. Ces travaux ne sont pas terminés car il reste la charpente et la toiture de la nef à refaire, une tranche importante de travaux à prévoir avec l'aide de la Fondation du Patrimoine, les donateurs privés, associations, entreprises et/ou particuliers qui souhaitent participer à l'effort de préservation de notre patrimoine historique.


L'intérêt que présente ce monument du XVe et XVIe siècle n'est plus à démontrer et vient d'être confirmé le 23 juin 2014 par un double Arrêté du Préfet des Côtes d'Armor portant inscription au titre des monuments historiques de la chapelle de Rosquelfen et de son enclos ainsi que du calvaire de Rosquelfen situé dans le même enclos.
La deuxième photo montre le calvaire vu du clocher de la chapelle et situé près du porche d'entrée sud dans l'enclos du cimetière toujours en usage aujourd'hui. Un document publié avec l'aide du Centre Généalogique et Historique du Poher à Carhaix en 2013, donne des indications précises sur la chapelle, son histoire et sa statuaire ancienne et explique les principales scènes sculptées du calvaire (avec la contribution d'un spécialiste: Jef Philippe), partiellement effacées par l'érosion et les dégradations de la Révolution.

mercredi 10 septembre 2014

Poème

La visite de Séléné
coucher de soleil sur le Liscuis le 9/09/14

Le disque opalescent d'une belle lune rousse
Emerge des ajoncs sur la lande endormie
Et Séléné parait en Déesse épanouie
Dans la pâle clarté d'une lumière si douce

Sa caresse lumineuse en trajectoire montante
Colore d'un ambre clair les tombeaux éventrés
Du sommet de la lande jusqu'au fond des vallées
Elle impose à la terre sa présence vivante

deuxième plus grosse pleine lune de l'année 2014
Elle offre à son amant, jeune et bel Endymion
Un sommeil éternel qui arrête le temps
En beauté silencieuse elle colore l'instant
Dans le ciel d'Hesperos où se perd l'horizon

Cette pâle clarté inondant la colline
Eclaire le chemin sous le ciel étoilé
Je revois les instants à jamais envolés
Où la voûte céleste dans tes yeux s'illumine
Fin de jour sur le Liscuis et la forêt de Quénécan


Avant que Phosphoros n'éteigne ta lumière
Belle et douce Sélène accorde moi encore
Le temps contemplatif patiné d'ambre et or
Aux abords entrevus des portes du Mystère.

lundi 8 septembre 2014

Gorges du Corong

Les gorges du Corong entre Locarn et Saint Nicodème, sud de la forêt de Duault (22)


Sur la bordure ouest du massif granitique de Quintin , dans le triangle St Servais, St Nicodème et Locarn en Côtes d'Armor, se situe le chaos du Corong qui cache sous un impressionnant amas de blocs de granite, la rivière du Follezou, affluent de l'Hyère. Le chaos  se situe également en bordure Sud de la forêt de Duault, un endroit marqué par la présence de vestiges du Néolithique comme le fameux menhir à base entaillée et toujours dressé sur la crête boisée, au dessus du chaos.

La rivière du Follezou a creusé son lit dans une zone de faiblesse du massif granitique d'âge Hercynien (340 Ma), faillé à cet endroit où la dolérite à grain fin est également bien visible à la sortie des gorges.L'endroit le plus resserré est encadré par un véritable mur de granite que la tradition orale nomme "le mur de César", une bordure de faille presque verticale et dans laquelle la présence de fissures ouvertes (diaclases en géologie) donnent l'aspect d'un mur construit par d'énormes blocs superposés. Cet endroit où seul le murmure de la rivière se fait entendre en contrebas mérite le détour.

Sur la crête boisée qui surplombe le chaos, se dévoilent des blocs de granite aux formes originales comme cette "patte de lion" posée sur un amas de blocs arrondis réputés constituer un ancien camp utilisé par les hommes à différentes époques. La présence de mégalithes à proximité témoigne d'une occupation de l'endroit dès le Néolithique.Il n'est pas sans présenter quelques similitudes avec Hacadour en Mellionnec ou Kerbescond en Rostrenen.
La dernière photo montre la "patte de lion" surplombant une marmite de géant. Cette morphologie particulière témoigne ici aussi d'une altération et d'un façonnage par dissolution chimique d'un granite fissuré et attaqué par l'érosion depuis des millions d'années, réduit à des énormes blocs arrondis ou "sculptés" par la nature elle-même.
Un endroit où les légendes sont alimentées par la nature mystérieuse et spectaculaire. (cliquer sur les photos pour les agrandir).

jeudi 4 septembre 2014

Poème

A une passante à Quelfénec

Belle dame sur le sentier
De la colline boisée
Trouves-tu de ce lieu fort
Le vrai trésor?
Affleurement de métadolérite à Quelfénec

Ces rochers aux grains si fins
Impassibles et seuls témoins
D'une très vieille industrie
La pierre polie

Ecoute la voix du temps
Raconter l'histoire des gens
Qui ont vécu autrefois
Dans cet endroit
Cuvette de façonnage des ébauches de haches

Imagine l'invisible
Dans cet espace si paisible
Devenu par tes beaux yeux
Si merveilleux

Cette rencontre imprévue
D'une discrète ingénue
Fait passer sur la hauteur
Tant de douceur

C'est dans cet endroit perdu
Sur des rochers gris et nus
Que s'échangent sans conditions
Des émotions
Abattage d'un chêne à la hache en métadolérite

Le jour passe sur la colline
La lumière au soir décline
Devant moi ondulent encore
Tes cheveux d'or

Fin du jour et tu t'en vas
J'entends l'écho de ta voix
Au vent de pluie qui se lève
Passe le rêve.

mercredi 3 septembre 2014

Patrimoine

Ruines du château de Beaucours (XVe-XVIe) sur St Nicolas du Pélem (22)

Lorsque l'on quitte le bourg de St Nicolas-du-Pélem en direction de Kerpert (nous ne sommes qu'à quelques kilomètres de Laniscat) un chemin dans les bois de hêtres et chênes nous amène près d'un étang. Dans une clairière, un véritable mur végétal où le lierre domine, masque les vestiges de l'ancien château de Beaucours, une seigneurie bien connue à St Nicolas. De ce château daté du XVe siècle, il ne reste que la façade ruinée abritant quelques chouettes. Le visiteur de passage est alors saisi par l'atmosphère étrange de ce lieu abandonné et secret. La première photo montre l'entrée principale du château ou ce qu'il en reste aujourd'hui, avec un magnifique arc en accolade et une épaisseur de mur en granite encore debout. (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

La photo suivante montre des passages ou voûtes en "plein-cintre" ou en "anses de panier" et en pierres de taille. La qualité du bâti en granite de Quintin qui affleure partout dans le sous-sol permet encore aujourd'hui d'admirer cette architecture magnifique mais abandonnée des hommes et progressivement colonisée par la végétation.



Sur cette photo, un linteau de granite de plusieurs mètres et plusieurs tonnes dans un mur en grand appareillage de granite, une maçonnerie exceptionnelle qui aurait mérité un effort de sauvegarde. Les restes de ce château, partiellement ennoyés sous les effondrements de voûtes et de murs, dégagent une atmosphère étrange. La chaussée de l'étang à proximité date des riches heures de la seigneurie de Beaucours et les ruines du moulin sont également visibles dans ce paradis des pêcheurs et ramasseurs de champignons!

lundi 1 septembre 2014

Poème

Réponse

Sur les chemins de la sagesse
Se multiplient tant de questions
L'été s'en va belle princesse
C'est le vent seul qui me répond

Les souvenirs d'hier peuplent encore le silence
Et un rivage bleu à nouveau se dessine
Où le parfum des roses embaume ici les ruines
Dans un sublime espace de rires et d'impatiences


Le cœur efface alors les mots définitifs
Les postures de juge, les colères révolues
A l'ombre des fontaines les fées sont revenues
Qu'un soleil de septembre inonde d'éclats vifs

Le présent est sans voix, paroles effacées
Les chemins semble t-il ne savent se croiser
Je suis sur la colline, j'accompagne le vent
Et seule ma mémoire sait arrêter le temps

Je regarde la brume monter de la vallée
Caresser les maisons et la lande endormie
Couvrir de mille perles cette rose épanouie
Dont les pétales humides reçoivent un baiser.

Illustrations: le tertre tumulaire du Quillio en quartzites de l'Arénigien (Ordovicien inf) et ruines sur les landes du Liscuis: Rosquelfen en Laniscat (22).

samedi 30 août 2014

Festival Fisel

Ballade en pays Fisel


Le samedi 31 août 2014 s'est déroulé au départ du village Fisel à Rostrenen, la ballade découverte du pays, une invitation au voyage dans l'imaginaire, le mystère et l'environnement géologique et topographique de la bordure Sud de Rostrenen. Débuté par un poème de Baudelaire recomposé pour la circonstance, la ballade s'est engagée sur un chemin parsemé de surprises comme ce sonneur de Uilleann-pipe concentré sur son jeu, au fond d'une vallée encaissée dans le granite de Rostrenen.
Plus loin, et après une belle prestation acrobatique dans les toiles suspendues à un arbre, une maquette détaillée du terrain d'aviation de Bordeaux pendant la guerre, au moment du débarquement du 6 juin 1944, illustre les propos sur les événements qui se sont déroulés en centre Bretagne à ce moment là: les avions américains venus raser cet aéroport, abattus par les allemands et tombés dans la région, le sauvetage des pilotes et membres d'équipages rescapés, puis la réflexion qu'imposent les  attitudes de la population à ce moment là: résistants ou collaborateurs ou ni l'un ni l'autre? Quelle serait notre attitude dans une situation similaire??
Tout le trajet de la marche est jalonné de surprises, œuvres d'art dispersées sur les rochers ou dans les champs en bordure de la rivière de St Jacques, présentation des métiers de la forêt, visite de la grotte, de la motte castrale, des anciennes exploitations de granite: une belle journée que les participants ne vont pas oublier!


Expression corporelle sous les hêtres
Chant des "Langues de meufs"
 
Sculpture en terre cuite de Clotilde Cousin