Libellés

vendredi 4 septembre 2015

De Bon-Repos à Guerlédan

Bon-Repos: si bien nommé!



Entre la célèbre abbaye cistercienne du XIIe (bâtiments actuels du XVIIIe), au bord du Blavet canalisé, sur la commune de St Gelven (Côtes d'Armor) et l'écluse n°137, dite "de Nicolo" qui marque le début du lac de Guerlédan toujours à sec, il existe un itinéraire de promenade exceptionnel, une boucle qui peut se faire dans les deux sens, entre les murs Est de l'ancien domaine de l'abbaye et l'écluse Nicolo. Un superbe chemin passe par le sommet du versant Nord de la vallée et débouche sur le parking de l'écluse n°137, avant la carrière de Bellevue. La première photo montre une magnifique ouverture en arc brisé et en pierres sèches (schiste et grès armoricain) dans le mur Sud, partie Est de l'abbaye, donnant sur une ancienne salle voûtée. Cette partie du domaine correspond à la partie la plus ancienne de ce monument dont il reste le palais abbatial du XVIIIe ayant fait l'objet d'un gros effort de restauration et aujourd'hui, propriété du Département des Côtes d'Armor.


Le long des murs, une canalisation est encore visible, passant sous cette avancée maçonnée. Elle correspondait à l'écoulement de la dérivation du Daoulas faite par les moines pour utiliser l'énergie hydraulique (meunerie, activités diverses sur métaux et verre...)



La limite de la propriété bâtie est encore matérialisée par ce mur en forme de remparts, fermant la partie Est. Au pied du mur existe encore aujourd'hui un chemin creux aux allures de douve défensive. En remontant ce chemin qui longe le mur, la vue sur celui-ci permet d'admirer l'art de l'assemblage de deux roches nettement différentes: le grès armoricain très dur et peu taillable, et l'ardoise qui  est utilisée pour caler le grès et lier le tout. La qualité de cet assemblage est démontrée par sa résistance au temps durant des siècles (ces murs seraient du XIVe ou antérieurs).



Cette photo montre un décrochement du mur avec pierres d'angle en grès armoricain. L'ensemble en pierres sèches (sans mortier) est pratiquement dans son état d'origine, ce qui montre l'exceptionnelle qualité de la maçonnerie et des maçons de cette époque.

Le chemin se poursuit au sommet de la vallée dominant le Blavet canalisé et son versant Sud entièrement boisé (forêt de Quénécan). En partie sous les hêtres et chênes, le chemin passe également par des landes fleuries de bruyères (ciliées, callunes...)où apparaissent de magnifiques affleurements de grès armoricain de l'ordovicien, à fort pendage Nord. Un endroit d'une beauté saisissante dans une nature sauvage et préservée où le marcheur méditant savoure le bon repos!                (Cliquer sur les photos pour les agrandir).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire