Libellés

samedi 29 avril 2017

Poème

A l'heure des invectives et outrances diverses marquant la vie politique de ce temps (et l'absence d'arguments sérieux), comment ne pas suggérer de mettre un peu d'amour en lieu et place de la haine qui s'étale au quotidien et qui témoigne du triste état de notre démocratie!
                    Amour
 Aimer sans cesse, aimer toujours!
L'amour éteint, la vie s'enfuit
Champ de colza en avril: Tournemine, Côtes d'Armor
L'amour est sens, éclat des jours
Et la douceur de belles nuits

Dans le langage des oiseaux
Dans l'éternel souffle du vent
Dans l'arc-en-ciel naissant des eaux
L'hymne à l'amour et au vivant!

L'amour fait vivre et soigne aussi
Toutes blessures d'âme et de coeur
Plaisirs d'amour n'ont pas de prix
Ni de limites en leurs saveurs!
Fin de jour, pointe du Grouin, 26 avril à Cancale (35)

Il faut l'amour pour bien comprendre
Les coeurs en peine, les coeurs blessés
Un regard, un seul pour apprendre
L'unique sens du verbe aimer

Et préférer à ces honneurs
Dont s'abreuvent les Importants,
Les regards, les rires et les pleurs
Que s'échangent les amants

Pourquoi construire de vains projets
Quand la vie défile au présent?
Aimer est bien le seul sujet
Qui se conjugue à ce seul temps
Et Victor Hugo de conclure:

"Conserve en ton coeur sans rien craindre
Dusses-tu pleurer et souffrir
La flamme qui ne peut s'éteindre
Et la fleur qui ne peut mourir".
Sources: Extrait des Contemplations: "Aimons toujours"V.Hugo


jeudi 27 avril 2017

Patrimoine de Bon Repos sur Blavet (22)

Suite et fin de la quatrième tranche de travaux sur la chapelle de Rosquelfen en Laniscat, nouvelle commune de Bon Repos sur Blavet (22570)

Fin de la couverture de la nef: avril 2017




Cette photo prise à la mi-avril 2017, montre la toiture de la nef entièrement recouverte par les nouvelles ardoises du pays, les ardoises mordorées du Liscuis. Les derniers échafaudages n'ont pas encore été démontés.





Cette seconde vue montre le type de pose à "pureau décroissant". Il est également possible de constater la variation de pente de la partie ouest de la nef à la partie Est qui correspond au choeur et au chevet. Sur cette dernière partie, la toiture possède encore une rupture de pente formée par le "coyau" qui vient diminuer l'angle de la toiture à sa base (ce qui a pour effet d'éloigner l'eau de pluie de la base du mur et signe en même temps une époque différente de celle côté clocher. (Cliquer sur la photo pour l'agrandir).
Cette dernière vue montre la jonction de la toiture avec le clocher (solin) et permet d'observer la très belle corniche à modillons de granite et son contraste de couleur voulu par l'usage en corniche horizontale de schiste, un très bel ouvrage désormais restauré. Il reste encore les noues et la couverture de la sacristie  ainsi que le lignolet du faîtage pour terminer cette quatrième tranche de travaux.
Une étape finale consistera à redresser les deux piliers de soutènement de l'entrée du porche Sud qui se sont affaissés au fil des ans et finir la voûte intérieure. Les bénévoles poursuivent leur travail en réalisant un enduit à la terre et au chanvre à l'intérieur de la nef.

vendredi 21 avril 2017

Poème

Esmeralda (élucubrations sur une plage du Ponant)

Si tu le voulais, belle Esmeralda
Je serais celui qui prendrait ta main
Pour t'accompagner et guider tes pas
Partager le feu, le miel et le vin
Si tu le voulais, belle Esmeralda

Débris de verre polis par l'océan: plage de St Guénolé (29)
Nous contemplerions les aubes sublimes
Et les crépuscules d'un temps suspendu
Nous visiterions des antiques ruines
Des chaos géants sous des troncs moussus
Nous contemplerions les aubes sublimes

Nous échangerions, divine princesse
Le verbe attendu de libres pensées
Construisant le monde où jamais ne blessent
Les mots de ces phrases déjà condamnées
Nous échangerions, divine princesse

Et serions heureux si tu le voulais
Sans jamais tarir la source des mots
En béatitude, je te le dirais
Ce plaisir tactile au grain de ta peau!
Nous serions heureux, si tu le savais...

lundi 17 avril 2017

Patrimoine rural de Bon Repos sur Blavet(22)

Le calvaire de Keriolet en Laniscat: Bon Repos sur Blavet (Côtes d'Armor)

Le petit patrimoine rural a été évoqué à plusieurs reprises ces dernières années, souvent pour attirer l'attention sur certains éléments particulièrement menacés, comme le calvaire de Keriolet dont il était question dans le Kaïer ar Poher n°47 de décembre 2014 (la revue du Centre Généalogique et Historique du Poher basé à Carhaix).
Etat du calvaire en 2014

Cette photo montre l'état du monument en 2014, érigé en 1725, laissé à l'abandon (au premier plan, la hampe brisée qui portait un ensemble monobloc de granite clair, sculpté sur les deux faces).
Une association regroupant les habitants de Keriolet et de Laniscat a été créée le 24 mai 2016 pour procéder à la sauvegarde de ce calvaire situé autrefois à une croisée de chemins, chemins supprimés par le remembrement des terres, il y a maintenant de nombreuses années.

Ce photomontage donne un aperçu du monument restauré et remonté au centre du village, à la croisée des routes, en limite de Saint Ygeaux. La restauration de la partie sculptée du calvaire va nécessiter l'intervention d'une entreprise spécialisée et aura un coût (une première estimation tourne autour de 4500€). Toutes les initiatives sont donc bienvenues pour mener à bien ce sauvetage voulu par les habitants du village et les passionnés d'art et de patrimoine.

lundi 3 avril 2017

Poème

Le printemps

De nos mémoires entends la voix
Que le printemps toujours libère
De ce chemin du fond des bois
Sens-tu monter le frisson d'air?
Chemin creux en vallée du Liscuis

Par l'instrument à cordes fines
Chantent les sons, il est si tard!
Mélancolie nimbée de bruine
Masquant les routes du hasard

Revivre encore, vivre à nouveau
Mettre en couleur ce monde gris
Des ruines sombres, des côteaux
Des ciels d'orages chargés de pluie
Colline du Liscuis au printemps

Laissons Psyché se préparer
Au bout des sentes forestières
Le doux printemps au ciel bleuté
Offre au décor, riche lumière

De tous les bois monte la sève
Et les couleurs aux fleurs des champs
Myosotis au bleu des rêves
Et les caresses du printemps.

samedi 1 avril 2017

Mégalithe costarmoricain de St Servais

"La dent de Saint Servais" (Côtes d'Armor)

Dans les grands mégalithes (Menhir en breton)du Massif Armoricain encore dans leur position d'origine, plusieurs se situent dans les Côtes d'Armor (voir la rubrique "géo-archéologie" sur ce blog depuis 2011). Mais celui-ci est sans doute l'un des plus "secrets" tant son emplacement est difficile à trouver, noyé dans un bois au Sud de St Servais, et sans la moindre signalisation alors qu'il est classé MH depuis 1925! Au bourg de St Servais, il faut prendre la route de Saint Nicodème et tourner à gauche dans la route de Kercourtois. Le menhir est à droite de la route (invisible depuis celle-ci) avant le carrefour du Convenant Bercot. Lorsque le promeneur découvre ce géant de granite, il n'est qu'à quelques mètres et est aussitôt saisi par l'impression  produite par la pierre, par son élégance et sa hauteur de plus de 7 m selon le site t4t35.fr, et jusqu'à 10m dans le rapport de prospection n° 88-01.AP de la Direction des Antiquités de Bretagne, rapport commandé pour évaluer les dégâts de la tempête d'octobre 1987 dans les sites répertoriés. Cette hauteur semble surestimée dans ce rapport, même si l'impression donnée par son élongation rend  l'estimation possible et contribue à la fascination qu'il exerce. Sa base est quadrangulaire dans la proportion 2m30 par 1m80. Sa forme effilée à la partie supérieure parait indiquer qu'il a été"façonné" au percuteur par les hommes du Néolithique, comme c'est le cas sur de nombreux mégalithes en granite. La roche est à grain grossier et correspond à un faciès appartenant au massif granitique de Quintin (comme le granite de St Servais) d'âge Hercynien. Le sol à cet endroit est jonché de blocs granitiques et certains présentent des formes troublantes, également très proches du menhir (couché).


C'est le cas de cette pierre de granite de forme régulière et qui pourrait correspondre à un mégalithe abattu.(des traces de tentatives de débitage existent à la base de l'un des menhirs de la forêt de Duault à proximité, mais resté debout).





Celui-ci est encore plus caractéristique et se situe plus près de la route d'accès vers le Nord-Ouest.

NB: clic sur photo pour agrandir. Sources. carte d'état major de l'IGN, site internet "megalithes-breton.fr", site:"kreizyarcheo". GPS (lat-lon) N.48.3733, W.3.3835