Libellés

vendredi 3 octobre 2014

Sculpture et patrimoine

Un blason en mairie de Laniscat (Côtes d'Armor)

Un magnifique blason sculpté dans un bloc de granite clair est apporté en mairie par un habitant de Saint Ygeaux. L'origine de cette pierre sculptée est  connue et provient de Keriolet en Laniscat. Elle fait immédiatement penser à une partie du blason dessiné par Frotier de la Messelière lors de sa visite du manoir de Kériolet.

Il y a cependant une différence avec le dessin de Frotier de la Messelière car ce dessin est composé de deux blasons surmontés par une couronne de vicomte, le blason à gauche étant à 7 macles comme celui de la photo et le blason de droite: "d'azur à la bande d'argent (sur laquelle est écrit NAMERI) accompagnée de trois mains dextres d'or, posées 2 et 1".Ce blason correspond d'après cet auteur, à celui de la famille De la Touche de Porman. La date qui figure sur celui-ci: 1717 est intéressante car elle correspond au mariage de René de la Touche de Porman avec Catherine-Yvonne Guiller du Guernic dont il serait logique de retrouver les armes associées et donc sur le blason de gauche ("d'or au dragon ou salamandre vomissant des flammes de gueules"), mais il n'en est rien. Il s'agirait à première vue d'une copie du premier blason du vicomte de Rohan et non pas celui  du Quélennec comme indiqué par erreur sur un site de généalogie (cette famille n'a jamais possédé de macles dans ses armes). Ce blason adopté par Geoffroy de Rohan en 1216 et 1222 est à sept macles ("de gueules à sept macles d'or aboutées trois par trois et un en pointe"). On devine sur la photo les sept prismes ou macles qui correspondent morphologiquement aux sections orthorhombiques des andalousites des Salles en Sainte Brigitte (56), réputées à l'origine des armes de la famille de Rohan. C'est entre 1562 et 1575 que Henri Iier de Rohan adopte les neuf macles. L'ajout de deux macles supplémentaires autour de la macle en pointe résulte d'une modification de la forme des blasons qui vont s'élargir progressivement à la base par rapport aux blasons du XII et XIIIe siècle qui étaient plus pointus.Pourquoi ces armoiries fort connues et uniques se trouvent associées à celles de la Touche de Porman? Cette pierre aurait elle été retouchée  ou modifiée après 1717 et avant 1850, date où les armoiries étaient  encore visibles? Il s'agirait alors d'un faux. voilà un mystère à élucider sur Kériolet décidément bien riche en pierres sculptées (voir article précédent sur le calvaire de Kériolet)
Sources: Pierre Le Dour, CGHP, nobiliaires bretons Briant de Laubrière, Potier de Courcy.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire