Libellés

lundi 12 novembre 2018

Méditation philosophique

Forum de philosophie du Monde au Mans du 9 au 11 novembre 2018

Pour son trentième forum de philosophie dans la ville du Mans, le journal Le Monde intitulait le thème abordé: "Tous philosophes?" et invitait pour en débattre, une quinzaine de philosophes dont également un sociologue et une sinologue. Je retiendrai en particulier de ces trois jours, les interventions d'André Comte-Sponville et de Raphaël Enthoven, interventions particulièrement percutantes. Pour Comte-Sponville, on ne naît pas philosophe, on le devient en développant sa propre pensée à la lecture des grands philosophes du passé et en ce sens, la philosophie est  un travail et un combat, ce qui la distingue de la sagesse qui est une paix et un repos. Et je me souviens d'un passage sur "Le bonheur désespérément" dans lequel il disait aussi: "Croire un peu moins et connaître un peu plus, espérer un peu moins et agir un peu plus, et dans l'ordre affectif ou spirituel, espérer un peu moins et aimer un peu plus." Raphël Enthoven (philosophie sur ARTE) pose la question: qui n'est pas philosophe? Qui ne sait pas qu'il va mourir? Qui ne sait qu'il est né par hasard dans un monde qui s'en moque totalement? Pourtant, c'est souvent le déni qui répond au désarroi. D'autres préfèrent la vérité qui dérange à l'illusion qui réconforte et consentent à l'âpreté du monde, choisissant de l'aimer malgré lui.
Un consensus se dégage sur le fait que les temps actuels sont particulièrement inquiétants: pertes des repères, absences de perspectives, refus des autres, repli dans tous les domaines, montée du populisme, refus du dialogue, exaspération et verbe outrancier et toujours excessif (il suffit de voir la prolifération des pages délirantes ssur internet (et y compris par des auteurs qui s'imaginent objectifs!)
Face à ce monde contemporain anxiogène, sagesse et philosophie deviennent essentielles et plus nécessaires qu'il n'y paraît!

mercredi 7 novembre 2018

Paléontologie à Guerlédan

A propos des traces fossilisées de bilobites dans les grès de l'Ordovicien du fond du lac de Guerlédan, Côtes d'Armor.
Un article rédigé sur ce blog le 1 février 2016, parlait d'un bloc de grès armoricain découvert à l'occasion de l'assèchement du lac de Guerlédan en 2015, sur lequel on pouvait voir distinctement une trace de déplacement attribuée à un arthropode de l'Ordovicien et dénommée: "bilobite" ou Cruziana. Les experts, pour ce type de traces fossilifères, parlent d'ichnofossiles. Alors comment à partir de ce tracé assez long, déterminer l'animal qui en est l'auteur?
Cruziana sur grès armoricain de l'Ordovicien
Et bien c'est toute la difficulté comme les chercheurs le soulignent. C'est le cas d'Olivier Dequincey (23/05/2016) ENS/Lyon DGESCO, qui donne l'exemple des falaises de Moher en Irlande où des ichnofossiles comparables et dans des grès du Carbonifère ont été attribués à un gastéropode et non à un arthropode (donc à un animal du type escargot et non Trilobite). En regardant et en comparant de très près les formes "irlandaises" et le grès de St Gelven, on s'aperçoit que quelques différences apparaissent comme la morphologie des limites de traces et une section également plus aplatie chez l'ichnofossile irlandais. Ici, on aurait donc une véritable contre-empreinte de traces en creux qui donnent deux demi cylindres très réguliers. Le sédiment marin dans lequel se déplaçait le Trilobite était particulièrement fin et homogène.Mais aucun animal n'est présent à une extrémité de ces traces! Pour rencontrer des Trilobites fossilisés, il faut déjà être dans un sédiment du genre métapélite fine, un milieu sans doute plus réducteur. On va donc rencontrer les Trilobites dans les schistes et ceci jusqu'au Permien, c'est à dire jusque la grande crise Permo-Triasique (250Ma) au cours de laquelle se déroule la plus grande extinction d'espèces vivantes de l'histoire de la planète, dont nos Trilobites.
Parabarrandia sp
Les Trilobites sont classés en plus de 150 familles, 2500 genres et près de 20000 espèces! Il est donc tout-à-fait impossible de faire une attribution quelconque de ces formes à un animal précis. Il n'est pas interdit malgré tout de faire des hypothèses à partir de données concrètes comme le diamètre des traces moulées en surface de la roche. En effet, la  forme des bilobites donne une indication sur  la morphologie de l'animal (taille des endo et exopodites) et donc sur sa taille, car en effet l'animal qui a effectué cet itinéraire sinueux devait faire une taille conséquente, un peu comme celui photographié ici: le Parabarrandia du Llandeilien (-460Ma) qui atteignait les 20cm de longueur.Certains Trilobites pouvaient atteindre les 70cm de longueur! En Bretagne, les espèces décrites sont nombreuses (mais inférieures à 10cm la plupart du temps) à partir de l'Ordovicien supérieur, dans le Silurien et le Dévonien, étages du Paléozoïque. Citons quelques unes comme Neseuretus tristani (Llanvirn sup: -470Ma),le Kerfornella brevicaudata (Llandeilien: -460Ma), ou encore Ectillaenus giganteus du même Llandeilien moyen.
NB: ce bloc de grès d'environ 70cm dans sa grande longueur est visible  sur Saint Gelven (information en mairie). Voir aussi: paléontologie du Primaire au Museum d'Histoire Naturelle de Paris.