Libellés

mardi 23 juillet 2024

Conférence sur le pays Fañch en mairie de Gouarec le 28 juillet à 10h30

Une conférence-causerie pour mieux connaître le pays Fañch, Hôtel de ville de Gouarec

Une journée d'animations sur le thème des années 1900 est programmée le  Dimanche 28 juillet prochain par l'association: Gouarec animation, une manière de se souvenir des grands rassemblements festifs des années 2000, où une association "Les Historiques" organisait des festivités mémorables sur le thème de "la belle époque" et autres (comme les orthostates de schiste, le patrimoine historique bâti, concours Kosterc'hoat...) et dont les gouarécains gardent un souvenir ému...

costume de Gouarec
sans la coiffe (Sion)
Le 28 juillet prochain, les animations vont débuter à 10h30 par cette causerie en mairie sous forme d'une projection commentée. Je parlerai du pays Fañch et de ce qui le caractérise car la mode vestimentaire du début XXe siècle, n'est qu'un élément du patrimoine auquel il faut associer la langue, la musique, le chant, la ou les danses traditionnelles, les coutumes locales, l'économie, le paysage, le bâti, la démographie... autant de choses qui contribuent à comprendre un "pays"ou ses habitants, en observant également les relations avec ses voisins Fisel, Pourlet, koste 'r c'hoed ou encore "Moutons blancs".
Cette conférence du 28 juillet sera une excellente occasion d'annoncer l'exposition organisée à Rosquelfen par l'association des "Amis de la chapelle de Rosquelfen" sur les modes vestimentaires traditionnelles du début XXe siècle en terroir Fañch et limitrophes., exposition qui débute le 31 juillet et se termine le 11 août (ouverture de 14 à 18h tous les jours entre ces dates.

NB: pour des renseignements complémentaires sur la journée et les animations du 28 juillet à Gouarec, toute les indications utiles sont dans la presse locale (Télégramme et Ouest-France, voir Le Poher...) ainsi que sur le site de la mairie de Gouarec.


samedi 20 juillet 2024

Patrimoine de Plélauff en Côtes d'Armor

Les ruines de Saint Hervé ou Ahouarnou en Guendol, au bout d'un nouveau chemin...

En prenant le contre-halage depuis le bourg de Plélauff (à l'écluse) on peut accéder par temps sec aux ruines de la chapelle de Saint Hervé en Guendol, un édifice remarquable par la qualité de son bâti, aujourd'hui en ruine et dont j'avais déjà parlé sur ce blog le 19 décembre 2021.

Vue côté Nord à l'arrivée du nouveau chemin
Ces ruines intriguent l'amateur d'architectures anciennes pour plusieurs raisons, dont son emplacement qui la rend invisible dans le paysage, la qualité de sa construction, tout-à-fait exceptionnelle ici, son histoire atypique  qui retient l'intérêt et que l'on cherche à creuser....

Cette chapelle serait l'oeuvre de l'Abbé Claude de Guiller, famille détentrice des biens de Guendol et d'une grande partie de Gouarec au XVIe et XVIIe siècle. Claude de Guiller devient abbé commendataire de l'abbaye de Bon Repos en 1620 et jusque 1628. C'est probablement à cette époque ou peu avant qu'il fait construire Saint Hervé dans cette ancienne carrière de granodiorite.

Façade Sud et entrée principale

Selon l'architecte du patrimoine, Léo Goas de Pluvigner (56)  qui s'était engagé avec  l'association Breizh Santel dans la sauvegarde de ce monument, il y a une quinzaine d'années maintenant, cette chapelle aurait d'abord été construite sur les bords du Doré et vers la confluence du petit et du grand Doré. Elle aurait été déplacée à l'endroit actuel par décision des autorités religieuses de l'époque pour des raisons liées à un usage anormal ou déviant de l'édifice comme la réalisation de messes noires dans cette chapelle qui se trouvait alors dans la même disposition que celle de la Pitié, un peu plus en amont de la rivière,  érigée elle, par les Boutteville de Coatcouraval.

Détails de larmier et plinthe sur contrefort
Il est donc possible que la première chapelle construite près des rives du Doré ait subi les conséquences des guerres de religion qui ne s'achèvent qu'en 1598 sous Henri IV.
Toutefois, la maçonnerie de cette chapelle Saint Hervé s'adapte parfaitement au dénivelé du sol dont la plinthe moulurée ceinturant le bas des murs marque parfaitement les variations, ce qui tend à démontrer une réalisation des murs spécifique à l'endroit et non un déplacement de l'édifice antérieur. Cette adaptation ornementale a également pu être réalisée à partir des matériaux de l'édifice précédent qui venaient sans doute du même endroit. Le choix de placer la chapelle dans cette carrière et donc pratiquement invisible dans le pays devait avoir un sens précis. La supposition faite le plus souvent en parlant de cette chapelle est qu'elle devait servir à une population de gens malades et contagieux, mais aucune preuve n'a encore été apportée à cette hypothèse.
Autre élément exceptionnel venant de cette chapelle, le jubé de Notre-Dame de la Croix en haut du bourg de Plélauff, un mobilier qui était encore dans la chapelle Saint Hervé en 1839 et placé dans la chapelle N.D.de la Croix  au XXe siècle parcequ'elle faisait à quelques centimètres près, la même largeur.
Entrée dans le pignon Ouest
Enfin, le côté "bipolaire" de cette chapelle est unique dans le pays:  son entrée Ouest donne sur une nef sans la moindre ouverture et limitée par le jubé aux 7 péchés capitaux et une entrée très ornée Sud donnant sur un choeur fortement éclairé par trois grandes verrières en arc brisé, limité par le jubé aux sept vertus cardinales. La lumière d'un côté et les ténèbres de l'autre.... de quoi alimenter la réflexion des passants  et donner envie d'en savoir un peu plus sur cet endroit étrange ou dorment encore quelques secrets.
Le nouveau chemin pour y accéder n'est pas très simple à trouver pour des marcheurs habitués au balisage standard; la difficulté est de traverser la zone humide qui longe la contre allée du canal, traversée sur des rondins de bois et sur des talus, un tracé qui n'est utilisable qu'en période estivale ou de bas niveau d'eau. L'écluse la plus proche de l'endroit est celle de Guendol.



 

dimanche 14 juillet 2024

Les frères Le Gall, un couple de sonneurs de Gouarec en Côtes d'Armor

 Job et Mathao ar Gall de Gouarec; un couple célèbre de sonneurs traditionnels dans la première moitié du XXe

Mathao  et Job Le Gall.Photo:"StBrieuc 1934
Musée de Bretagne. Rennes
Ces deux frères ici en costume Pourlet, sont photographiés en 1934, lors d'une sortie à Saint Brieuc.

Sous la plume d'Efflam Kuven, un des six premiers membres de Bodadeg Ar Sonerion (BAS devenu Sonerion aujourd'hui, association ou assemblée des sonneurs), on découvre dans une notice nécrologique rédigée à la disparition en 1954, quatre ans après son frère Job, de Mathao (parfois rédigé mataw), la place de ce couple de sonneurs traditionnels dans le milieu des sonneurs mais également dans la population. Originaire de Lescouët-Gouarec, Mathao (naissance le18 mai 1879) est gouarécain en 1909 où il devient par son épouse Marie Jeanne Le Gall "bistrotier à Gouarec". Ce "bistrot" se situait à l'emplacement de l'actuel restaurant "Kost er c'hoat"  dans Gouarec. On apprend également qu'il participe avec Job à l'Exposition Internationale de 1937 et emporte avec son frère le grand prix de la foire de Paris. Mathao est joueur de bombarde et job de biniou (dit "biniou coz"). Efflam Kuven insiste sur la célébrité des frères Le Gall dans tout le pays et particulièrement  sur Gouarec, Saint Nicolas-du-Pélem, Rostrenen et Mael-Carhaix où ils pouvaient se retrouver avec 7 demandes pour  le même jour, une preuve de cette notoriété exceptionnelle. Inspirés par leur terroir d'origine: le pays Pourlet, Job et Mathao ont surtout sonné en pays Fañch et fisel. Ils seront même sonneurs attitrés du premier Cercle Celtique de Saint Nicolas-du-Pélem en 1930, sans doute la première formation de ce type dans le kreiz Breizh.

Arbre généalogique des Le Gall (recherche P. Le Dour)


On apprend également que Mathao sera dans les années 1950, Président d'honneur de la Kevrenn Rostren, une formation regroupant autour d'Efflam Kuven, des sonneurs de bombardes et cornemuses du pays (dont Lili Dupuis de Plélauff ou André (dit Dédé) L'Hermite de Gouarec.
Une rétrospective et conférence sur ce célèbre couple des Le Gall aura lieu sous l'égide de Dastum, à Gouarec le 14 septembre prochain. Information à venir dans la presse locale.


 

mercredi 3 juillet 2024

Découverte de Rosquelfen en Bon-Repos-sur-Blavet, Côtes d'Armor

Journée découverte de Rosquelfen et de son environnement le mardi 16 juillet prochain

Les landes du Liscuis dominant le Blavet canalisé.
Cette journée découverte proposée par "Les Amis de la chapelle de Rosquelfen" va débuter entre 9h30 et 10h devant la chapelle de Rosquelfen (inscription 3€) et va se dérouler en deux étapes. En matinée, la découverte des landes du Liscuis, environnement naturel sur les crêtes schisteuses de Rosquelfen, sera animée par Jean Luc Le Jeanne, bien connu dans le pays pour sa connaissance du milieu naturel et en particulier des végétaux dont les arbres. 

allée couverte Liscuis II vue du Sud
Jean Luc propose cette découverte en dévoilant le thème par ce texte:


Des landes et des hommes.

La lande n’est pas un endroit facile, ni pour la vie végétale, ni pour les hommes qui l’exploitaient. Pourtant, durant des siècles, des plantes et des hommes se sont adaptés aux contraintes de ce milieu exigeant. Mais attention, dans la lande rien n’est simple, la concurrence est sévère et la survie est difficile tant pour le végétal que pour l’humain. Au cours de cette sortie, nous allons chercher à comprendre les relations étroites qui reliaient tous ces acteurs entre eux. Prévoir son repas qui sera pris sur place ou au village en cas de pluie.

L'après-midi sera consacré au village de Rosquelfen et ce qui en fait un lieu riche en patrimoine: la chapelle, ancienne église tréviale, les maisons anciennes, la voie romaine de Condate à Vorgium qui le traverse, les anciens travaux miniers et l'aménagement hydraulique du Liscuis avec sa succession d'anciens moulins, sans compter les chemins creux, fontaines et lavoirs, une journée aussi agréable qu'instructive, à ne pas manquer!


lundi 1 juillet 2024

Noces de Laine à Gwirmané en Perret, Bon-Repos-sur-Blavet (22)

Noces de laine à Gwirmané en Perret du 30 juin au 6 juillet de 14h30 à 18h.

chapelle de Gwirmané le 30 juin 2024

 C'est une chapelle ceinturée par une écharpe de laine qui reçoit le visiteur, sans doute intrigué par cet "habillage" provisoire. C'est que depuis le 30 juin dernier, les habitants de Perret, aidés par des volontaires et tricoteuses du pays (dont les soeurs augustines de Gouarec) fêtent les noces de laine de la nouvelle commune, officialisée en 2017, depuis donc 7 ans maintenant. C'est l'occasion pour les volontaires de Perret et des communes associées dans Bon-Repos-sur-Blavet (Laniscat et Saint Gelven) et des communes limitrophes  comme Gouarec, de participer à cette action qui crée du lien  durant tout l'hiver et au-delà...

Bébé en laine feutrée. Le petit homme
est unique, relié à l'univers, il avance.
S. Aymé



 


Par transparence devant un vitrail du mur Sud de la nef, se dévoile  ce bébé "in utero", peu avant sa naissance. Il est accompagné d'un texte (légende de la photo) de l'artiste (S.Aymé). Dans la chapelle, différentes oeuvres réalisées à partir de laine de récupération  captent l'attention des visiteurs.
Le dimanche 30 juin avait lieu le démarrage de cette exposition avec un spectacle en extérieur donné par "L'inopinée Compagnie", en présence de nombreuses personnes du pays et des élus du secteur (communes, CCKB).
Démonstration de l'usage du rouet
dans la chapelle le 30 juin dernier.

Les différentes techniques de préparation et transformation de la laine de mouton en fil ont été présentées également le jour de l'inauguration de l'exposition, comme ce grand rouet en bois actionné au pied. Il conserve une technique apparue vers le XIIIe siècle et un mécanisme articulé qui ne s'est pas modifié depuis le XVIIIe siècle, fonctionnant à la seule poussée d'un pied. D'autres instruments sont également présents dans la chapelle comme le fuseau, la machine à carder la laine et des échantillons  de différentes laines issues d'animaux de races également différentes.
N'hésitez pas à faire une halte à la chapelle de Gwirmané, l'exposition est visible jusqu'au samedi 6 juillet.