Libellés

mardi 4 octobre 2022

Ernest Pignon-Ernest à Landerneau

Après une visite de l'exposition à la Fondation Leclerc de Landerneau, rue des Capucins...

Pourquoi ce génie du coup de crayon, précurseur de l'art urbain en France, produit des oeuvres d'une telle puissance évocatrice? Par le talent, sans aucun doute, mais il y a autre chose de plus personnel: cette extraordinaire capacité à donner au dessin ce qui va provoquer un véritable choc chez celui qui le regarde!

Le soupirail. Ernest Pignon-Ernest. 
S'agissant du soupirail (hommage à Le Caravage), j'avais déjà illustré avec cette vue, un poème rédigé sur ce blog le 31 juillet 2016. Sa vue à nouveau en septembre 2022 à Landerneau produit exactement le même choc émotionnel. Dans ce tableau, il y a l'ouverture, le soupirail et on imagine de l'autre côté la cave éclairée par cette ouverture. Sortant de l'obscurité, un corps  gisant en partie seulement à l'extérieur de l'ouverture et éclairé de face.

Pour moi ce tableau raconte une histoire ou du moins son début, celle d'une naissance quelques années après la dernière guerre dans la cave d'un couvent. D'un côté la cave et son obscurité, ses odeurs, ses objets: barriques, bouteilles et même cercueils entreposés sur les barriques (de cidre), et de l'autre, côté lumière, une rue (de saint Gilles) qui longe les murs du couvent et monte vers la chapelle et le cimetière de Saint Gilles. La symbolique de cette vue est d'une force inouïe. Elle montre une forme d'enfermement, de dénuement et les efforts considérables pour s'en extraire et trouver la lumière tout en sachant que le temps  est compté!...
Photo prise à Landerneau en septembre 2022: Fondation Leclerc 

mardi 27 septembre 2022

Rosquelfen en Laniscat (Bon-Repos-sur-Blavet, 22570): nouvelles connaissances historiques

Nouvelles connaissances historiques sur le village de Rosquelfen en Laniscat

construction des moines de Bon Repos à Rosquelfen

 C'est une enseignante en Histoire  actuellement en cours de rédaction d'une thèse sur le Temporel des abbayes cisterciennes qui apporte des éléments précieux sur le village de Rosquelfen. On apprend donc par ses travaux, que la chapelle est l'oeuvre des cisterciens et que Rosquelfen ressemble en partie aux villages nommés "Granges" dans différents endroits de leurs possessions, comme celles de Saint Gelven et de Caurel. Ainsi, le mur visible de la route sur cette image correspondrait à un bâtiment mis à disposition de frères convers qui exploitaient les terres appartenant à l'abbaye. Il pouvait également y avoir ici des  "convenants", un terme de droit ancien qui s'applique à des exploitants civils sur les terres de l'abbaye.

intérieur XVI et XVIIe siècle
L'intérieur de ce bâtiment et sa façade Sud révèlent de superbes ouvertures  ceintrées d'origine qui mériteraient une restauration (Les habitants de Rosquelfen connaissent cette maison comme l'ancienne propriété de la famille Tanguy à Rosquelfen).

Ouverture dans monobloc de schiste

Cette ouverture de type "meurtrière" est taillée dans un monobloc de schiste du pays et toujours en place, côté route. D'autres maisons du centre de Rosquelfen comme l'ancien manoir des Flahec de Guermeur appartenaient également aux moines au XVIIe siècle ainsi que d'anciennes maisons du bourg.


Prolongement des "convenants"

Dans le prolongement de l'ancienne propriété Tanguy, cette longère aurait également la même origine, ce qui constitue un patrimoine bâti très important sur la Trève de Rosquelfen. Il faut savoir en effet que la première dotation de l'abbaye de Bon Repos faite par les fondateurs, Alain III de Rohan et son épouse Constance de Bretagne Penthièvre concernait déjà les terres situées sur la Trève et sur la rive gauche du Blavet. Le temporel de l'abbaye s'est ensuite considérablement accru par acquisition des terres (et par donations) dans tous les environs et bien au-delà puisque les moines de Bon Repos étendront vers le Nord, leurs domaines sur Corlay et Merléac et vers le Sud, jusque Guémené, jouxtant les terres des moines de Langonnet. Une visite des villages des Granges en Saint Gelven, comme des Granges en Caurel est particulièrement instructif sur les capacités de bâtisseurs de ces moines mais révèle aussi l'état de délabrement du bâti ancien qui peu à peu disparaît avec le temps.

A propos de la chapelle, le blason des de Guernarpin est donc un droit accordé par les moines contre paiement et ainsi, le seigneur du lieu participe à  l'extension et à l'embellissement (en payant par exemple le jubé sur lequel il fait graver les têtes des membres de sa famille) de cet édifice religieux.

vendredi 23 septembre 2022

Poème

Aimer toujours

Je questionne encore

Le sens incompris

Fait d'azur et d'or

D'un rêve infini


C'était l'autre monde

D'un tout autre temps:

Jeunesse féconde

Et danseurs d'antan!

chouette en chasse.Gravure sur ardoise PJ 2004

J'aimais bien l'ardoise

Qu'il fallait graver

La rose et l'armoise

Au jardin des fées...


Sur la lande au soir

Et se faisant face

Deux grands corbeaux noirs

Commentent nos traces

L'intersigne est fort
Sur le vieux landier
Où l'esprit s'endort
Aux chaleurs d'été


Un hasard étrange
Porte un sentiment
Qui dure et dérange
Quand passent les ans

Le bonheur hélas
N'est guère infini
Et la chair de glace
Au monde des esprits

Alors il faut vivre
Dans un présent fou
La passion m'enivre
Quand je pense à vous.



 

lundi 19 septembre 2022

du Lithium à Trémargat (Côtes d'Armor)

Lithium à Trémargat

Il ne s'agit pas du titre d'un roman ni d'un article de presse, mais d'une réalité toute "minéralogique" qui ne va pas sans inquiéter quelques habitants du pays habituellement assez bien informés. Alors que peut-on dire aujourd'hui sur ce sujet?

Carte géologique n°277 à 1/50000. SGN/BRGM
La présence de lithium est donc connue sur le secteur de Guernavalou en Trémargat dans un "Greisen" qui constitue un facies particulier du granite appartenant au massif de Quintin dont les dernières datations donnent 291 Ma (millions d'années), un âge     Permien , la fin de l'ère primaire ou Paléozoïque.Le greisen est un facies particulier du granite, plus clair que ce dernier car il ne contient que du quartz et des micas lithinifères. La teneur en Li du granite est relativement faible: 75ppm soit 0,075Kg/T de Lithium , mais le greisen lui, est enrichi à 400ppm de Li (0,4kg/T), et c'est donc ce greisen qui constitue une cible potentielle pour Li.

Alors le Lithium dont on parle tant, c'est quoi? un métal alcalin au numéro atomique 3 mais qui n'existe pas  sous forme de natif (métal) dans la nature. Il s'oxyde très rapidement et sa présence dans l'écorce terrestre se situe  dans les 20ppm (20g/T). Il possède un très fort potentiel électrochimique, ne fait que 0,5 de densité, ce qui le fait flotter sur l'eau comme dans l'huile!Il ne peut être stocké que dans l'huile (ou la paraffine) et sous atmosphère protectrice.

Lithium métal (photo wikipedia)
Il se présente le plus souvent sous forme de chlorures (dans les saumures), de carbonates, d'oxydes ou hydroxydes et les minéraux porteurs vont de l'amblygonite au spodumène (un pyroxène alcalin), en passant par les micas: lépidolite et pétalite.Un certain nombre de minéraux contiennent donc l'élément Li.
Outre les saumures que l'on trouve dans les lacs d'Amérique du Sud, ce sont les pegmatites et les granites qui contiennent le lithium. Mais les réserves françaises sont dans le Massif Central (Limousin) et les Vosges occidentales. Dans les Vosges, les aquifères profonds du fossé Rhénan constitueraient selon un rapport BRGM de 2017, un million de tonnes de Li métal! Ceci permet de situer les cibles minières prioritaires.

Amblygonite, Brésil (60mm).Photo Eric Asselborn
En Bretagne, c'est le site de Tréguennec qui représente le plus important gisement de lithium  si on lui ajoute Tréluan en Plounéour-Lanvern (pays Bigouden). En 2019, la réserve en Lithium de ce gisement était évaluée à l'équivalent de la production annuelle de Li: 66.000T
Pour se faire une idée de l'importance du sujet, il faut savoir qu'une batterie de 50kwh demande 10kg de lithium, que la production mondiale était de 25000T en 2007, 66000 en 2018, 75000 en 2019 et estimée entre 170 et 215000tonnes en 2025!. Le prix de la tonne correspond également à une exponentielle: 2000USD en 2003, 6000 en 2020 et 54000 en 2022 (x par 9 en 2 ans). Ä cette allure, les anciennes carrières de Montebras, Echassières ou Chédeville (Haute Vienne) ne devraient plus tarder à faire parler d'elles, et le lithium du pays bigouden entre dans les réserves stratégiques de la France.
Outre les batteries (véhicules, informatique, portables...) les usages se développent en pharmacie, en recherche, dans le  nucléaire militaire etc... Les besoins poussés par le système consumériste font prévoir à de nombreux économistes, le remplacement progressif des énergies comme le pétrole par cet élément (qui lui aussi n'est pas inépuisable!): un sujet de réflexion sur cette "fuite en avant"de notre monde contemporain.
Sources: BRGM:RP 61340-FR (JF Labbé et G.Dawn, juillet 2012. Géologie de la France 2017. Guide Vert "Les minéraux" Eric Asselborn, Pierre-Jacques Chiappero, Jacques Galvier. Solar 1987.Wikipedia.


 

mercredi 14 septembre 2022

Entre Cornouaille et Léon, les Rohan à Landerneau (Finistère)

Le pont habité de Rohan sur l'Elorn à Landerneau

Le pont de Rohan sur l'Elorn en août 2022
Cet ensemble remarquable daté du début  XVIe siècle, positionné sur le fleuve côtier Elorn en remplacement d'un ouvrage plus ancien (XIVe), constitue l'un des joyaux de la ville de Landerneau, une ville riche en bâtiments remarquables dans lesquels on peut admirer les pierres réputées de Cornouaille et du Léon: granites à grain fin, pierre jaune de Logonna et ses dentelles ferrugineuses typiques (une diorite quartzique), le Kersanton bien sombre, le grès vert de Châteaulin et bien d'autres pierres remarquables, y compris des ardoises rustiques (Sizun ou Commana) qui n'apparaissent pas sur le pont.

Panneau explicatif positionné sur le pont

Sur ce panneau destiné à l'information des visiteurs, un dessin de l'ouvrage (non signé) est réalisé ainsi qu'une écriture plus lisible du texte en écriture gothique gravé dans un bloc de kersanton. On apprend donc qu'au pont médiéval, mentionné en 1336, succède le pont actuel daté de 1510 et construit par Jehan II, vicomte de Rohan. Cette famille bien implantée dans le centre Bretagne va développer ses possessions bien au-delà de la vicomté  par de judicieuses alliances.**

Pierre de fondation du pont de Rohan en kersanton
Sur cette pierre gravée, on observe un entourage de macles qui font le "meuble" du blason de la famille (blason de gueules, d'abord à 7 puis à 9 macles d'or posées trois par trois). Le A qui est la devise (A plus) de la famille avant le passage en duché en 1603. Ce kersanton  est un lamprophyre et non un granite et sans aucun doute le facies grenu de Loperhet (le plus tendre des quatre faciès de kersanton).
Amont et déversoir côté Est


**:C'est à la mort (sans postérité) d'Hervé VIII de Léon  en 1363 que sa soeur Jeanne devient héritière et va transmettre cet héritage, dont le pont habité à Jehan 1er de Rohan avec qui elle s'est mariée en 1349. C'est ensuite Jehan II qui le fera reconstruire.


 

dimanche 11 septembre 2022

Naissances au jardin

Cycle du Grand Machaon pendant et après les fortes chaleurs d'août 2022

chenille de grand machaon sur fenouil

Après avoir consommé la totalité de ce qui pouvait l'être sur un pied de fenouil du jardin, quelques chenilles ont manifestement résisté aux chaleurs caniculaires de l'été (39° le 18 juillet, 36° le 13 août). Malgré ce soleil de plomb, une partie des chenilles a poursuivi son cycle de vie puisque tout début septembre et sous des pluies parfois torrentielles, des chrysalides se sont ouvertes et le magnifique papillon  a déployé ses ailes entre deux averses, un spectacle toujours aussi captivant!...

Grand machaon sur cotonaster




Le papillon vient de s'extraire de sa protection fixée sur une tige du cotonaster, à proximité immédiate du fenouil qui n'a plus que sa tige principale. La grande chaleur et les fortes pluies ensuite n'ont pas eu raison du cycle naturel de ces grands papillons qui dominent par leur taille les nombreuses espèces encore visibles dans le jardin, aujourd'hui toujours vert! 

vendredi 2 septembre 2022

Poème

Le quatrième âge, celui de Fer...

Le regard au Ponant où meurent les derniers feux

Attentif aux fontaines devenues bien discrètes

J'ai vu glisser les ombres vers l'Erèbe silencieux

Cortège d'âmes errantes sur la sente secrète...


Je ne suis qu'un passant, captif d'une lumière,

Unique, intime et douce dans la nuit étoilée.

Elle signe hors du temps, la présence singulière

D'une âme passagère qui ne peut s'oublier


C'est après l'âge d'Or, d'Argent et puis d'Airain

Qu'Hésiode pourrait hélas confirmer l'âge de Fer.

Lugnasad est passé, nous attendons Samain

En évitant les pâles royaumes de Dispater.


La nature en souffrance subit l'Anthropocène

Comment rester serein quand le feu la détruit?

Sur la Lande endormie où la mémoire m'entraîne

Je pleure sur Gaïa, notre terre meurtrie.


Est-il encore possible, sous un soleil cuisant

Que revienne l'âge d'Or sur la terre assoiffée?

Préservons cette source où jadis les amants

s'abreuvaient de son eau sous le regard des fées.

NB: Erèbe: divinité primordiale, personnification des Ténèbres infernales née du Chaos dans la mythologie grecque.

Hésiode: poète grec, auteur de La Théogonie, Les Travaux et les Jours...

Lugnasad: dans le calendrier celtique: fête religieuse (assemblée de Lug), vers le 1ier août, mi-chemin entre solstice d'été et équinoxe d'automne.

Samain ou Samhain (Samonios): première des grandes fêtes religieuses de l'année celtique (1er novembre)

Dispater: nom romain du dieu des enfers et dieu-père des gaulois dans l'Antiquité celte

Anthropocène: dernière partie du Quaternaire ou période actuelle qui débute à l'ère industrielle où l'environnement naturel est modifié par l'être humain.



lundi 29 août 2022

Inquiétude à Guerlédan, entre Côtes d'Armor et Morbihan

La plus grande réserve d'eau douce de Bretagne à la moitié de sa capacité?

Lac vu de Beau Rivage (rive gauche) le 19/08/2022
Le lac de Guerlédan et sa capacité de plus de 50 millions de m3 d'eau est la plus grande réserve d'eau douce située entre Côtes d'Armor et Morbihan, dans le Kreiz Breizh qui est aussi la  zone des sources du réseau hydrographique breton. Ce secteur géographique  implique les rivières multiples (Sulon, Doré, Daoulas, Poulancre...) et le fleuve Blavet qui alimente Pontivy et qui possède une autre retenue sur Kerne Uhel, proche de sa source et  également fortement affectée par la sécheresse de cet été.

Sous le bourg de Caurel, côté Côtes d'Armor (19/08)
La partie supérieure du lac laisse voir des surfaces couvertes d'ardoises qui sont habituellement sous le niveau du lac en cette saison. Il y a donc un déficit important d'apport d'eau par le Blavet notamment qui n'est plus alimenté par le réseau serré des ruisseaux  dont le chant caractéristique n'est plus audible. Les ruisseaux qui alimentent le grand étang des Salles en forêt de Quénécan font encore entendre un murmure de plus en plus discret; une situation inhabituelle et inquiétante (ruisseau de Pont Lann qui se jette dans le Blavet canalisé).

Guerlédan sur Caurel le 19/08/2022
Cette situation qui déstabilise la végétation et tout l'écosystème est l'occasion de s'interroger sur ce que nous faisons avec la ressource en eau qui n'est pas inépuisable. De ce point de vue, l'eau du Massif Armoricain dépend fortement de la pluviométrie et les ressources en eau potable, de la gestion que nous faisons des eaux de surface, une raison suffisante pour éviter sa contamination et son gaspillage, un avertissement que nous donnait déjà René Dumont (et son verre d'eau) en 1974!


 

lundi 15 août 2022

Festival fisel à Rostrenen, conférence du 24 août au Cinebreiz (22110)

Les "terroirs" de danses traditionnelles en ronde, le mercredi 24 août à 18h30 au CINE BREIZ à Rostrenen.

ronde des vainqueurs 1979 à Maël-Carhaix (pentecôte)
Cette photo diffusée par Penhars Infos Quimper 2011 est une vue des archives de Viviane Hélias qui photographie la ronde finale des gagnants du concours fisel de 1979. Â cette époque, le concours se déroule dans la salle "l'arc-en-ciel" de Maël-Carhaix, centre du pays fisel selon J.M.Guilcher. La conférence va porter sur les  "pays" ou terroirs de danses du Kreiz Breizh qui ont gardé la ronde fermée comme mode d'expression. Le propos vise à comprendre les raisons de la persistance de cette forme d'expression typique de chaque terroir et relevant d'un rite collectif et pas seulement d'un divertissement ou spectacle. Le sujet va donc aborder le cas du fisel mais aussi celui de ses voisins immédiats comme le Fañch, la gavotte de Calanhel, celle des Montagnes ou encore le koste 'r c'hoed, cette ronde unique d'un terroir vannetais proche du Fañch, du Pourlet et des Laridés-gavottes de Pontivy.

Bal plin chanté par Lomig Donniou et Yvonne Le Veve
La suite tripartite qui constitue la danse traditionnelle présente un "tam kreiz" ou danse de "repos" entre les deux rondes. Ce temps de repos se fait par couple dans la danse "tro plin" et dans le sens contraire de la ronde (dans le sens du mouvement des planètes, contrairement à la ronde (première et dernière partie) qui elle, se fait dans le sens du temps (des aiguilles d'une montre). Ici le Cercle de Rostrenen en 1973.

"Ces rituels circulaires ont selon le

"philosophe-psychologue"
Jung, une grande valeur car ils permettent l'accès à l'inconscient, ce qui procède de l'hygiène mentale. L'homme a un besoin urgent de vie symbolique."
 


mercredi 10 août 2022

Etonnante vue prise en 1907 sur les Landes du Liscuis en Laniscat, Bon Repos-sur-Blavet (22)

Le gorsedd des druides, bardes et ovates de 1907 sur une allée couverte du Liscuis

ancienne photo de 1907: Wikimedia Commons
Cette "assemblée", en breton "Goursez Vreizh" se déroule selon la légende de la photographie, à "Canac'h Laeron, entre Laniscat et Saint Nicolas-du-Pélem". Cette précision apporte tout d'abord un doute, car il existe bien un Canac'h Laeron au Nord immédiat du bourg de Saint Nicolas-du-Pélem et ce "Canac'h Laeron" n'est pas très loin du site du Zilou et de son menhir ainsi que sa motte castrale bien plus tardive. Il y a donc deux Canac'h Laeron mais celui de Saint Nicolas est dans le granite, alors que les dalles de couverture que l'on distingue sur la photo sont bien en schiste. Il s'agit donc bien de l'une des trois allées couvertes du Liscuis. Mais si on compare cette vue avec celle de la seule allée couverte qui peut recevoir plusieurs personnes sur ses dalles de couverture (ce qui rappelons le au passage est aujourd'hui interdit), c'est Liscuis1, la plus ancienne des trois et que le lecteur peut aussi revoir dans l'en-tête de ce blog.
allée couverte "Liscuis1" vue de son entrée Sud
Il n'est pas trop difficile de reconnaître la dalle de 
couverture de droite sur la photo de 1907; elle correspond à la dalle la plus au Nord sur cette allée couverte (dite aussi "tombe en V" car sa largeur n'est pas constante (forme de "bouteille"). 
Il faut donc bien conclure que cette photo est en réalité un montage correspondant à trois prises de vue distinctes raboutées ensuite pour créer un ensemble à deux niveaux qui n'a pas de réalité sur le terrain. Cette manipulation était donc possible à cette époque?
Ce cliché induit également une confusion en établissant un lien entre le monument néolithique et la civilisation celtique. Cette confusion est encore entretenue de nos jours par certains auteurs ou bandes dessinées comme "Astérix le Gaulois" et son compère Obélix qui transporte un menhir sur son dos! Il y a pourtant plus d'un millénaire d'écart entre le début des Celtes (âge du fer et la Tène) et la fin du Néolithique qui se prolonge au début de l'âge du Bronze. Mais il est vrai qu'en 1907, les datations n'existaient pas comme on peut les faire aujourd'hui. L'allée couverte en question a environ 6000 ans, le début des Celtes, la moitié moins!



dimanche 7 août 2022

Chapelle de Trozulon en Laniscat: Bon Repos-sur-Blavet (22)

Reprise des travaux de Concordia sur la chapelle de Trozulon en Laniscat

Depuis fin juillet, l'équipe des volontaires de Concordia (voir l'article sur Trozulon dans le Kaier ar Poher n°75 de 2021) s'est à nouveau attelée à ce chantier bien visible de la route.

réfection de la corniche à modillons par Concordia

 La photo prise le 3 août dernier montre l'intervention sur le haut des murs où la corniche en granite sculpté a été partiellement détruite par infiltration d'eau dans le haut des murs. Ce travail est encadré par un professionnel et l'objectif final est de "cristalliser" les murs afin de conserver le bâti et l'intégrité de la corniche.

Dans le même temps, une partie de l'équipe se concentre sur les bords du Sulon qui est la rivière qui passe à proximité.

élément en granite taillé avec chanfrein
Le but est de réaliser un escalier pour accéder à l'eau. Le niveau d'eau, exceptionnellement bas en ce moment permet de découvrir un ensemble de grands blocs sculptés en granite, disséminés dans le lit de la rivière et qui semblent correspondre à un ancien ouvrage antérieur au pont en anse de panier qui se trouve à proximité immédiate de la chapelle. Un de ces blocs en granite (photo) a été sorti de la rivière et pourrait correspondre à un élément d'arche ou à une ancienne entrée  plutôt monumentale si on se réfère à l'angle de courbure de cette pierre.. Un mystère à élucider autour de cette chapelle.


mardi 2 août 2022

Patrimoine de Ploneour-Lanvern et rites circulaires

Un rite circulaire original à Plonéour-Lanvern, pays bigouden

document wikipedia

 Dans un "pays" traditionnel où les danses se font en chaîne ouverte ou en cortège, la ronde fermée existe encore au début XXe siècle comme on peut le voir sur cette ancienne carte postale qui montre une ronde de jeunes filles de Plonéour-Lanvern autour du Lec'h cannelé du bourg, un monolithe de granite taillé comme celui de Sainte Tréphine (période allant de la Tène au Haut-Moyen-âge) et qui est sensé représenter le mât du bateau de Saint Enéour, patron de la paroisse. Ce rite circulaire se déroulait lors du pardon du premier dimanche de mai, disparu dans les années 1970 mais qui semble renaître depuis peu!

Ces jeunes filles font cette ronde pour être assurées de se marier et d'avoir des enfants. Ce thème justifiant la ronde, il est assez naturel de voir dans ce monolithe, un phallus géant, image symbolique de la fécondité dont il est question ici! Ce genre de rite n'est pas propre au pays bigouden; de nombreux mégalithes ont joué ce rôle symbolique comme celui de Kerallain en Plouguernével où les femmes venaient se frotter le ventre pour favoriser la grossesse (voir article du 17 mars 2016 sur ce blog).

lundi 25 juillet 2022

Renaissance de Gouarec en Côtes d'Armor, années 1950

Les débuts de la renaissance de Gouarec à partir de 1950

Autour du pavillon de Rohan à Gouarec vers 1952

 Sur cette photo ancienne prise au centre de Gouarec avec la pavillon de Rohan et son annexe, on observe les différentes toitures ruinées de part et d'autre de cet édifice emblématique de la ville. Pavillon de chasse des ducs de Rohan, ce bâtiment érigé en 1634 a été successivement maison d'habitation, de justice, (tribunal et même prison, et aujourd'hui: siège de l'AIKB). Les poteaux électriques paraissent bien récents et en effet, l'électrification du bourg de Gouarec est terminée en 1931.

Sur le côté gauche de la photo, on peut observer (en l'agrandissant) une aronde en stationnement. Cette  voiture est produite par la maison Simca à partir de 1951, ce qui permet de situer cette vue dans le temps. Il n'y a donc pas si longtemps, il y avait déjà un commerce à la place de la supérette actuelle et la maison occupée par l'actuelle boulangerie était une ruine sans toiture. De même, la maison attenante au Pavillon vient tout juste d'avoir une nouvelle toiture et la maison située sur l'actuel emplacement de l'ancienne charcuterie Hélard est également ruinée. Ceci conforte une observation des parents arrivés à Gouarec en 1947 et constatant au nombre de maisons ruinées que la ville semblait avoir été bombardée! Cet état général montre qu'après la grande crise de 1930, la ville a continué à péricliter comme le montre l'état général du bâti. Le rétablissement d'une situation normale suivie d'une période d'expansion rapide va débuter dans les années 1950 et aujourd'hui, Gouarec possède les charmes d'une cité de caractère bénéficiant du label Art et Histoire du pays de Rohan.

mardi 19 juillet 2022

Stress thermique aussi pour les abeilles!

Temps difficiles aussi pour les abeilles

Depuis plusieurs jours, la chaleur n'a cessé de s'amplifier, provoquant la mort de nombreux animaux comme les lucanes dont plusieurs couples jonchent le sol sur les ardoises, véritables accumulateurs de chaleur. La mortalité des abeilles est également importante malgré la permanence de l'ombre de grands chênes sous lesquels la ruche photographiée est située. Lundi 18, le record absolu: 39°c relevés à l'ombre à 16h  (du jamais vu en kreiz Breizh) donne un coup fatal aussi à certains végétaux dont les mousses et certaines fougères (comme la scolopendre et le polypode) qui se détachent de leur support rocheux et tombent comme des feuilles d'automne.

ruche à l'ombre le 18 juillet 2022 à 15h.
Les abeilles qui subissaient déjà les attaques régulières des frelons asiatiques se concentrent à l'extérieur de la ruche qu'elles ne peuvent plus ventiler (l'air est chaud), devenant ainsi totalement vulnérables à toutes les prédations (y compris les guêpes qui n'hésitent pas à les attaquer, chose encore jamais vue jusqu'à présent).

Les coups de chaleur augmentent également les risques d'incendie avec une hygrométrie anormalement faible pour le pays. 

Alors la réalité du réchauffement climatique n'est plus à démontrer et c'est de l'évolution de la vie sur la planète dont il est maintenant question. Le changement rapide des conditions de vie va nécessiter des adaptations aussi rapides. Faute de ces adaptations, c'est la disparition qui attend de nombreuses espèces et le processus est en cours.

 

vendredi 15 juillet 2022

Poème

Destins inachevés

Des reliefs ardoisiers aux barbelés d'ajoncs

Aux bruyères fleuries autour de rochers bleus

Et Séléné la nuit, animant la pénombre

Où nos corps se dissolvent dans un théatre d'ombres

Gorges du Daoulas (d'après photo de M. Menguy)

 Nous sommes les survivants d'un rêve printanier

De saisons inégales

Et d'années singulières

Un temps court et précieux mais bien trop éphémère!


Au clair-obscur de la maison

J'ai relu ces poèmes

Et retrouvé le son

D'une voix familière


Le temps toujours sans fin

Prolonge à l'infini

Les mots en symphonie

Dans l'allée du destin...