Libellés

mercredi 24 janvier 2018

Patrimoine de Bon Repos sur Blavet, Côtes d'Armor

Chapelle de Rosquelfen en Laniscat: Bon Repos sur Blavet  (22570)

Un article de presse paru dans l'édition Ouest France du 21 janvier dernier sur la commune nouvelle  de Bon Repos sur Blavet (Laniscat-Perret-Saint Gelven) fait état des travaux importants réalisés sur la chapelle et insiste sur le rôle moteur de l'association des "Amis de la chapelle de Rosquelfen" pour la recherche et la récolte de dons mais aussi pour la participation active aux travaux de restauration (comme la découverture de la nef, l'enlèvement du berceau intérieur de la voûte, la réalisation de l'enduit intérieur de la nef etc..). L'article mentionne l'appel du Président des "Amis de la chapelle de Rosquelfen" aux générations plus jeunes qui devront prendre le relai. Il mentionne l'adresse de ce blog qui permet de suivre les travaux de restauration réalisés depuis la création de l'association et les différentes actions menées par l'association. Pour avoir ces informations, il suffit de taper sur la rubrique "patrimoine" qui figure dans la liste présente sous la photo d'entrée du blog (l'allée couverte la plus ancienne du Liscuis). En effet, la survie de monuments comme la chapelle de Rosquelfen dépend de la place qu'ils occcupent dans la société. Leur rôle fédérateur d'initiatives pour les ouvrir, les faire connaître est la meilleure garantie de les conserver. La chapelle  est un monument destiné à la pratique du culte catholique depuis ses origines et le reste bien entendu aujourd'hui, notamment par le pardon annuel chaque premier dimanche de juillet. Mais le monument a aussi un rôle culturel et historique qui s'est traduit par des conférences, expositions, concerts dans le respect de la vocation première de l'édifice et il faudra poursuivre dans cette voie. Dans le domaine culturel, de nombreuses possibilités sont offertes par la chapelle comme ce travail sur le mobilier intérieur qui demande des travaux sur l'Histoire, la sculpture, la peinture, l'iconographie religieuse, l'évolution des techniques architecturales et d'ornementation à travers les époques, une manière d'enrichir son expérience et ses connaissances, et réaliser une oeuvre collective.
Un exemple concret actuellement en cours de réalisation: la frise basse interne du dais-retable. Cette frise est sculptée à la main dans une pièce de chêne qui trouve sa place dans la partie centrale du dais (derrière la statue de ND de Bon Secours).
Remarque: le "déroulé" de la frise part du centre vers l'extérieur de part et d'autre du dais en position ouverte ( voir les articles de la rubrique "patrimoine".)



Sur la deuxième vue, on observe la préparation du bois après sculpture. La couche d'apprêt permet d'uniformiser le fond avant la pose des pigments colorés. Ce produit remplace dans la restauration du mobilier ancien (et même très ancien!) la colle en peau de lapin et le blanc de Meudon, deux produits bien connus des restaurateurs de statues anciennes.




Troisième étape, la dorure qui lorsqu'on est riche se fait à la feuille d'or et la pose de cet or demande un tour de main et donc une grande expérience. Dans cet exemple, il s'agit d'une peinture dorée enrichie utilisée par les antiquaires.






Phase finale: frise centrale sculptée dans du chêne de pays (bien sec) avec sa coloration finale. La pigmentation sera reprise et affinée lors de la mise en place finale de tous les éléments du dais-retable. Le tout sera ensuite protégé par  une couche de cire blanche qui ne modifie pas les couleurs et protège celles-ci en même temps que le bois. L'enduit à la cire est donc la phase terminale de ce travail pour un rendu qui je l'espère sera visible avant la fin de l'année.

NB: cliquer sur les vues pour les agrandir

vendredi 19 janvier 2018

mardi 16 janvier 2018

Méditation philosophique

Le bonheur

Il y a très exactement un an, une amie très proche me demandait ce qu'était pour moi le bonheur. Je lui donnais alors ma conception  fondée sur les quatre "piliers" qui me semblaient la base de cet "état d'être": la volonté, la passion, la raison et l'imagination, et de lui citer Félicien Marceau: "Le bonheur c'est savoir ce que l'on veut et le vouloir passionnément", puis Kant dans les "Fondements de la métaphysique des moeurs" où: le bonheur est un idéal de l'imagination et non de la raison, mais les deux sont indispensables pour y accéder. A ces quatre "piliers" de base, j'aurais pu ajouter l'amour à la Spinoza (et non à celui de  Platon) évoqué par Comte Sponville dans sa conférence de l'année 2000, intitulée "Le bonheur désespérément". Chez Spinoza, on peut dire: savoir que tu existes me rend heureux, et toi, mon amie, tu fais partie des gens dont le simple fait de savoir qu'ils existent me rend heureux. Cette déclaration sans demande et réciproque n'est pas dite à ce moment précis mais elle sous-tend notre relation de très longue date.Elle me dit alors, "ce que j'aimerais le plus aujourd'hui, c'est d'avoir encore quelques années à vivre". Par cette déclaration elle révélait la conscience aigüe de son état et la volonté de vivre si forte! je pensais  aux paroles d'Amin Maalouf dans Le rocher de Tanios: "Tous les bonheurs sont passagers; qu'ils durent une semaine ou trente ans, on pleure les mêmes larmes quand arrive le dernier jour, et l'on se damnerait pour avoir droit au lendemain".
Nous avons poursuivi cet échange par la Lettre à ménécée d'Epicure qui semblait l'apaiser. Nous avons relu la maxime 27: "Parmi tout ce que procure la sagesse en vue de passer une vie entière dans la félicité, le bien de loin le plus précieux c'est d'avoir des amis".La maxime 28 est également discutée; Epicure indique que le raisonnement doit s'appuyer sur les sensations puisqu'elles constituent le premier critère de vérité. Etant évidentes, elles ne requièrent aucune preuve et leur nature irrationnelle les préserve de tout jugement rationnel venant statuer après coup sur leur vérité ou leur fausseté. Cette théorie de la connaissance est aux antipodes de celle de Platon dans le Théétète. La théorie épicurienne de la perception est esquissée dans la "Lettre à Hérodote". Epicure se fonde sur les thèses présocratiques héritées d'Empédocle, d'Anaxagore et de Démocrite pour affirmer que les sensations sont conformes à la réalité naturelle parce qu'elles sont elles-mêmes une partie du réel. Le 6 janvier 2018, je refaisais avec quelques amis proches la dernière marche que nous avons faite tous les deux dans les dunes du Conquet, près de Brest et elle était avec nous.





6 janvier 2018 sur les dunes au nord du Conquet et entre deux coups de vent. Ouessant au large est sous la pluie, il est 17h et un dernier rayon de soleil éclaire cette côte bretonne face au large.

mardi 9 janvier 2018

Trésor Osisme de Laniscat en Côtes d'Armor

Que savons nous aujourd'hui du trésor monétaire découvert en 2007 près de Rosquelfen en Laniscat (22570)?
Quatre articles sur ce sujet ont été rédigés sur ce blog: les 23/07/2011, 18/03/2012, 24/11/2012 et 1/02/2013 et nous attendons toujours une étude exhaustive sur le sujet.
Alors que pouvons nous dire de plus après une dizaine d'années de conférences, confidences, expositions et interventions diverses des agents de l'INRAP et de la DRAC de Bretagne?
Statère Osisme au cavalier armé:photo INRAP
Tout d'abord, sur les 547 pièces qui constituent le dépôt monétaire du trésor de Rosquelfen, seulement 526 sont réellement exploitables, c'est-à-dire 96%, ce qui est un bon score, vu le temps d'enfouissement du trésor (du milieu du premier siècle avant notre ère).Nous savons également que le poids moyen d'une pièce est supérieur à 6g et varie de 4 à presque 8g. On sait aussi que le titre d'or est faible et correspond bien à l'époque finale de la Tène, le temps des Celtes. La teneur moyenne en or est de 19% environ (de très rares exemplaires dépassent les 26% d'or). L'argent contenu varie de 7 à 35g et le cuivre qui est le principal élément de l'alliage métallurgique varie de 42 à 75% ce qui classe ces pièces en numismatique dans le "bas or rouge" (et non l'électrum). Ensuite les expositions diverses de ce trésor permettent de savoir que les statères (au nombre de 57 ou 58 selon les notes sur le sujet) font un diamètre de 22mm alors que les "1/4 de statères" (489 ou 490) ne font que 13,5mm. Enfin, les archéologues ont étudié les pièces qu'ils ont classées en 8 grands groupes en fonction des illustrations. A propos de celles-ci, les archéologues font remarquer que pour un "flan" de 22mm de diamètre, les coins utilisés pour la frappe ne font que 16mm, ce qui constitue une anomalie dans la frappe de ces monnaies.
Monnaie Osisme: Coins of the Osismï-pays de Léon: wikipedia.org
Ainsi la série au cavalier armé (photo) correspond aux statères qui font  entre 10 et 11% du trésor. Parmi elles se trouvent des exemplaires comparables à ceux découverts à Jersey. Cette série au cavalier armé a été mise à jour pour la première fois lors de la découverte de Carantec. Il existe donc aujourd'hui trois endroits où ont été découvertes ces pièces de monnaie. Selon Colbert de Beaulieu, l'émission de telles pièces est proche de la phase terminale de l'époque celtique non seulement en raison du titre très faible de l'or mais aussi de la présence du cheval non androcéphale sur ces pièces. Pour les 7 autres groupes, l'étude est toujours attendue mais sommairement on peut parler d'une série au taureau-enseigne, une série à l'oiseau rapace sur le cheval, une série au personnage allongé ailé, une série à la roue, une au sanglier-enseigne, une à la main sur le cheval et à propos de la roue, on sait que ce type de pièce a également été trouvé à Jersey(Catillon) mais aussi à Ouessant (Mez Notariou).
Sources: INRAP Bretagne, fr.wikipedia.org, trazhatevenn.blogspot.fr

mercredi 3 janvier 2018

Poème

Vivre
"Exister est un fait, vivre est un art." 
 Frédéric Lenoir 2010

Furtive, étrange et courte vie
Nous sommes tous des passagers
Qui allumons des incendies
Aux traces anciennes abandonnées
Ces souvenirs de l'art d'aimer

Dans la presqu'île sous le vent
D'où viens-tu et quel est ton nom?
Mais peu m'importe cet ancien temps
Ce que le vent murmure aux monts
Et les souvenirs qui s'en vont...
Guerlédan vu de Trégnanton en St Gelven

La vie s'agite dans la lumière
Que sera donc ton avenir?
En regardant le temps d'hier
Tu vois le tien en devenir
Les joies, les peines et les soupirs

Les saisons passent comme les couleurs
Des feux d'automne au givre blanc
Bouquets de rires chassant les pleurs
Dans le théâtre des vivants
"Autant en emporte le vent"


Guerlédan à Trégnanton en décembre 2017
Combien de temps pour te faire homme
Te façonner selon tes choix?
Tes forces un jour qui t'abandonnent
Et qui te font douter de toi
Le temps chevauche les vents noroits

Question du jour, question d'hiver
Comment peut-on se résigner
A cette mort de la lumière
Aux jours fleuris et parfumés
De l'antan des jeunes années?

La cendre grise couvre les braises
Le feu dans l'âtre en continu
Le vent d'ici parfois s'apaise
Et les absences ne comptent plus
Que sont les amants devenus?

Furtive, étrange et courte vie
Nous sommes tous des passagers
Qui attisons des incendies
Ces traces anciennes vite oubliées
Quand notre temps sera passé...

lundi 1 janvier 2018

Patrimoine du kreiz Breizh sur Corlay en Côtes d'Armor

Feunteun zant Alan ou Fontaine Saint Alain de Corlay (22)

Tout d'abord je souhaite une bonne année 2018 aux internautes visiteurs du site, une année sereine et riche de rencontres, d'échanges et de partages, le tout avec santé et bon moral.
L'année 2018 débute pour nous sous une tempête (Carmen) comme il y en a tous les ans à la même époque de l'année, et donc rien d'exceptionnel dans notre presqu'île sous les vents parfois violents. A cette époque, en principe les sources reprennent de la vigueur et cette année, elles ont encore du mal à retrouver les débits d'avant 2017. A ce sujet, une fontaine plutôt rassurante est visible à Corlay, à la sortie du bourg sur la route de Quintin-St Brieuc, c'est la fontaine Saint Alain du XVIe siècle qui alimente encore un grand lavoir  très fréquenté jusque la dernière guerre. Cette fontaine est dédiée à Saint Alain et disposait de deux statues de belle facture en pierre (une roche claire, finement grenue et inconnue dans le substrat géologique local), dont il ne reste qu'une, celle de St Alain. L'autre était celle de Saint Jean Baptiste (dérobée à quelle époque??) remplacée par une statue en bois. Le débit important de cette fontaine permet d'alimenter le grand lavoir restauré qui fait immédiatement suite au bassin de la fontaine réservé à l'eau potable. (voir le site de la ville de Corlay pour plus d'images).
NB: voir l'article très bien documenté et détaillé sur Saint Alain en Bretagne par Pierre-Yves Quéméner dans la revue KAIER AR POHER n°47 de décembre 2014.Cette revue est produite par le CGHP, BP251, Boulevard de la République, 29834 Carhaix-Plouguer cedex.