Libellés

samedi 28 décembre 2019

2019, les huit ans du blog

Décembre 2019, les huit ans et huit mois du blog.

Un grand merci aux 108000 visiteurs du blog depuis sa création, ce qui fait aujourd'hui, une moyenne  de 35 visites/jour, en  baisse par rapport aux chiffres de l'an dernier à la même date mais entre temps, google+ a disparu, et la fréquentation est, malgré ce relais en moins, restée honorable pour un petit blog que je n'ai pas voulu adosser à Facebook.
Le recueil de poèmes que j'annonçais dans le message de décembre 2018 a été publié et se trouve à la Maison de la Presse à Rostrenen et "Au temps qu'il fait", librairie-bar dans le bourg de Mellionnec.
La dernière tranche de travaux sur la chapelle de Rosquelfen est programmée au printemps 2020 et la publication sur cette chapelle sera réalisée avec la fin des travaux débutés en 2010.

La Loire sous le pont Wilson à Tours le 28-12-2019

Des bords de la Loire à Tours, le fleuve qui retrouve enfin son débit hivernal habituel, je souhaite à tous les internautes une belle fin d'année et une bonne année 2020.
Comme les années précédentes, n'hésitez pas à me faire part de vos remarques sur ma messagerie perso si vous ne souhaitez pas un commentaire publié sur le blog.

jeudi 19 décembre 2019

Histoire et patrimoine en Finistère

Suites de l'article du 19 mars 2018 sur l'artiste François Grenier.

Après la diffusion de l'article sur le dessinateur et artiste François Grenier de Saint Martin(1793-1867), un lecteur anonyme et manifestement concerné m'indiquait le fait que cet artiste a séjourné au château de Kervéatoux en Plouarzel où il aurait donné "des cours de dessin à mes ancêtres". Je suis donc allé voir de ce côté pour tenter d'en savoir plus sur l'artiste et ses sources d'inspiration. Rappelons que l'article du 19 mars 2018 parlait d'un tableau intitulé "La convalescence du curé", un dessin sur papier qui représentait une scène dans  une cour de presbytère dont je tentais de trouver la paroisse à partir de détails architecturaux et les tenues vestimentaires dessinées avec grande précision par Grenier.
Que savons nous depuis ce commentaire de 2018?
Ancienne carte postale: Laurenceau Elise. patrimoine.bzh
Le fameux château de Kervéatoux en Plouarzel (mais plus proche de St Renan,inscrit MH en 2007) est un monument qui va du XVe, XVIIe au XIXe siècle. On le trouve sous diverses orthographes (Kerveatous, Kerveatouz...) et il appartient à une famille fort connue en Finistère: les de Taisne. On peut donc imaginer que François Grenier connaissait Charles Lambert Urse de Taisne, né à Charleroy (Belgique) en 1802 et mort en 1875 et/ou son épouse: Anna Levasseur de Briare. Ceci implique que le château appartenait à cette famille au XIXe siècle, ce qui reste à confirmer. Il a également pu connaître Angelo Urse de Taisne, baron de Raymonval(1840-1898), fils du couple susnommé. Nous savons également que François Grenier est un artiste précoce puisque déjà médaillé en 1810 (il a 17 ans). Sa production va donc durer plus de 50 ans au cours desquels il viendra séjourner dans le Finistère,et donc chez ses amis de Taisne.Mais nous n'en savons pas plus pour le moment. On peut  imaginer que ses sources d'inspiration étaient proches de ce secteur ou du moins finistériennes.Notons au passage que le château est toujours propriété de cette famille. Le baron de Taisne était Président du Conseil Général du Finistère en 1943 et à l'occasion des obsèques d'Anne Marie de Taisne en 2016, les anciens du pays se souviennent qu'avec sa mère,la baronne de Taisne, représentante de la Croix Rouge dans le Finistère,elles ont participé activement au sauvetage des otages de Trezien pendant la dernière guerre.
Enquête à suivre...
Sources:patrimoine.bzh, Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne. Photo Laurenceau Elise (reproduction) ancienne carte postale.

vendredi 13 décembre 2019

Patrimoine des Côtes d'Armor

Le calvaire de Pestivien dans l'enclos paroissial de l'ancienne église de Pestivien devenue chapelle Saint Blaise. 

Ce calvaire remarquable en granite serait selon les sources citées par "infobretagne, patrimoine de Bulat-Pestivien", contemporain de celui de Lanrivain daté de 1548, avec lequel il présente d'étranges similitudes. Il a été inscrit MH en 1911 et pourrait bien avoir été sculpté par le même atelier que celui de Lanrivain. La particularité de ces deux calvaires est de présenter deux niveaux de statues en granite, contrairement aux grands calvaires bretons qui sont constitués de personnages sculptés dans du kersanton. Dans ces grands calvaires, l'un des plus anciens, Tronoën (1450-1470), comporte aussi de nombreux personnages en granite à grain fin. A la base du calvaire, on peut observer une table d'offrande prise parfois pour un autel. Le calvaire comporte une scène représentant Saint Yves entouré d'un pauvre et d'un riche (comme à Lanrivain). La statue de Saint Yves a été volée en 1945 et il ne reste plus aujourd'hui que la partie inférieure des jambes. De même, la statue du "riche" que l'on reconnait à la bourse  remplie qu'il tient à la main a été décollée de son socle d'origine (tentative de vol??) mais recollée avec une partie des jambes en moins, ce qui lui donne une allure d'homme à genou. Ce patrimoine remarquable se situe sur un circuit pédestre qui part du bourg de Bulat et qui emprunte des chemins creux en offrant au promeneur une vision inéressante de ce secteur très vallonné et riche de nombreux vestiges (ruines du château des Pestivien, chapelles, moulins, fontaines,croix, menhirs et affleurements de granite...

lundi 9 décembre 2019

Poème

Paroles...

Les mots que je balance au vent
Alimentent cette nuit un rêve troublant
Et peut-être prémonitoire...

Le texte que je viens d'écrire
Me fait pleurer mais aussi, rire
Divin plaisir ou désespoir...?

Les gestes que je fais, expression mouvante,
Enveloppent la mémoire vivante
Et réactivent une impatience...

La pensée silencieuse et mobile
Crie dans le vide immobile
La sidération de l'absence...

Les mots, le texte, le geste
Et la pensée même confessent
L'anamnèse d'un vivant...

Heures éphémères en musardises,
Ne restent que, sublimes exquises,
Des sensations à contretemps...

jeudi 5 décembre 2019

Minéralogie et coltan

 propos du coltan, minerai stratégique...

Beaucoup de questions en ce moment sur un minerai qui a une réputation sulfureuse, en particulier en Afrique où il alimente des guerres et de l'esclavage.
Le coltan est une abréviation pour parler de "colombotantalite" qui est un minerai composé de niobite et tantalite (comme l'électrum est composé d'or et d'argent). Le columbium est l'ancienne appellation du niobium, toujours associé au tantale et formant une série dite "isomorphe" entre un pôle Fer et un pôle Manganèse, ce qui donne une formule chimique: (Fe,Mn)(Ta,Nb)2O6. Il s'agit donc d'un oxyde orthorhombique opaque, brun noir à éclat souvent submétallique, densité 8,2, non magnétique et non radioactif.
Coltan en grains: trait rouge=1cm
Les grands  producteurs de coltan sont l'Australie,le Brésil, le Mozambique, RDC, mais aussi la Chine, USA, Norvège...Il est stratégique parceque entrant dans la composition des alliages spéciaux (électronique, technologie du portable et des ordinateurs, condensateurs etc...)
Les gisements de ce type de minerai sont associés aux filons de pegmatite  et au magmatisme acide, c'est-à-dire aux granites. On en trouve en France dans la région de Limoge (en placers). Les minéraux associés (on dit paragenèse en géologie) sont albite, quartz, muscovite, tourmaline, zircon, cassitérite, wolframite...
Comme nous avons du granite en Bretagne, nous avons aussi de la columbotantalite mais à l'état  anecdotique comme à la Villeder (carte géologique de Malestroit) où elle est signalée en inclusion avec du rutile dans la cassitérite; dans la notice de la carte de Plestin les Grèves (n°202) où elle est également mentionnée dans la cassitérite.
Mais d'où vient ce nom tantalite? C'est dans la mythologie grecque que l'on trouve Tantale, fils de Zeus, qui n'est plus un dieu ni tout-à-fait un homme et puni par son père, condamné à supporter faim et soif éternellement: d'où "le supplice de Tantale", car plongé dans une rivière, il ne peut en boire l'eau et sous des arbres chargés de fruits dont il ne peut se nourrir. Ainsi aujourd'hui, l'emploi de cette formule s'adresse à un individu dont les souhaits pourtant accessibles ne se réalisent jamais!
Sources: R. Capdevila: "Les granites varisques du Massif Armoricain. HAL Id: insu 00744843 du24/10/2012.BRGM: notice de la carte à 1/50000 n°202, et de la carte Malestroit.