Libellés

vendredi 7 février 2020

Carte Blanche à Sainte Brigitte, Morbihan le 23 février 2020



      Carte Blanche du dimanche 23 février 2020 (gratuit, ouvert à tous)
Thème : Sainte Brigitte en terroir koste ‘r c’hoed, ou comment Sainte Brigitte et ses voisins de Perret et Plélauff,  à l’ombre de la forêt de Quénécan, ont développé leur propre patrimoine immatériel, celui d’ un monde de paysans pauvres mais solidaires qui s’est rapidement effacé en deuxième moitié du XXe siècle mais en léguant (in extremis) aux  générations d’aujourd’hui un symbole important de sa particularité locale : la gavotte dite koste ‘r c’hoed, cette ronde sans limite de nombre,  liant social puissant et manifestation la plus visible de son caractère propre.

 Rendez-vous dans le bourg de Sainte Brigitte, à la salle des fêtes de 10h à 18h
- exposition de costumes locaux traditionnels : fañch, pourlet, moutons blancs,
- exposition d’instruments de musique utilisés en pays koste ‘r c’hoed : accordéons, clarinette et bombardes,
- à partir de 15h,  exposé sous forme d’une projection et dialogue sur le terroir koste ‘r c’hoed et la place de Sainte Brigitte dans celui-ci.
Exposé-dialogue  animé par Pierre Jézéquel, avec la participation de Dominique Jouve (écoute de documents de collectage faits sur le terroir), de Anthony Le Guyader et Christian Brogard (cercle celtique « Les Blés d’or » de St Nicolas du Pélem pour la tradition vestimentaire).

-vers 17h, petit fest-deiz animé par Dominique Jouve et Philippe le Guennec (treujenn gaol ) sur le répertoire de Jean Ogé, accordéoniste  des Forges des Salles.
Fin à 18h avec partage de gâteaux et boissons comme à chaque Carte Blanche.
Voir aussi "kosterc'hoad-pj" pour plus d'informations, et pour écouter l'émission du 17 février sur RBG, cliquer sur le lien http://www.radiobreizh.bzh/bzh/episode.php?epid=34695
ou taper rbg, pierre jezequel.

lundi 3 février 2020

minéralogie: les couleurs et les pierres

 propos du corindon et des manipulations de laboratoire pour modifier sa couleur.

Voilà un sujet qui n'est pas vraiment local mais qui intéresse des internautes curieux de savoir si des pierres vendues comme "corindon" d'un bleu profond sont du saphir naturel ou des pierres dont la couleur a été modifiée par une manipulation en laboratoire...
Ce que l'on peut lire sur internet à ce sujet va du sérieux à n'importe quoi, comme lorsqu'il est dit que le corindon est une pierre précieuse! C'est faux! le corindon est une espèce minérale appartenant au système trigonal,  à formule chimique alpha Al2O3 (oxyde d'aluminium), dureté 9 (Mohs) et de densité 3,9 à 4,1. Seuls deux minéraux (qui sont du corindon): le rubis et le saphir peuvent bénéficier sous certaines conditions de l'appellation "pierres précieuses". Le corindon est incolore lorsqu'il est pur, ce qui est très rare. Il est souvent coloré par des ions d'éléments de transition. Par exemple le rouge = rubis coloré par Cr2O3, avec pour Thailande du Fe2O3 en plus. Le saphir bleu est coloré par du titane et du fer: TiFeO3. Ainsi les impuretés chimiques Fe3+,Fe2+-Fe3+ et Ti4+ donnent le bleu plus ou moins intense.
Corindon brut.Photo Pierre Bedard
Le corindon contient de l'oxygène qui peut être chauffé juste au dessous de son point de fusion dans un espace clos (four haute T°). Une partie de l'oxygène est soit émise soit absorbée. Un gaz qui fait disparaître l'oxygène est fortement réducteur, comme l'hydrogène. Ces conditions de réduction sont obtenues en exposant la pierre à une flamme de propane. Le procédé est long et la température doit dépasser 1250°. La variation de l'absorption/émission d'oxygène affecte la valence des impuretés comme le titane, produisant alors une intensification du bleu. Les laboratoires de minéralogie utilisent la spectrométrie d'absorption (SAND) pour étudier la coloration bleu profond des saphirs. Cette coloration provient des transferts de charge anions-cations ou de valence entre Fe2+ et Fe3+ par exemple.
Saphir après la taille

La tentation est donc grande lorsque des corindons limpides ne présentent pas une couleur exceptionnelle, de les "chauffer" en laboratoire afin d'obtenir de magnifiques saphirs. La pierre peut ainsi passer d'une qualité "émeri" à une qualité gemme par une simple (mais coûteuse) manipulation, d'où la difficulté de certifier une origine strictement naturelle à une pierre surtout lorsque celle-ci a été taillée.
Principaux secteurs de production: Thailande,Birmanie (rubis et saphir),
Ceylan (saphir rose),Cachemire,Madagascar, la rubibelt africaine....