Libellés

lundi 18 janvier 2016

Poème

Matin d'hiver


Rosquelfen: chêne sous la neige en 2013
La vallée silencieuse dans son manteau de brume
Sort de l'ombre nocturne pour se teinter d'argent
Un chevreuil esseulé, hors du bois, tout tremblant
S'arrête sur l'odeur d'une cheminée qui fume

Tout me paraît figé et pourtant tout s'en va
Comme l'enivrant parfum sur la peau des amants
Enlacés devant l'âtre aux éclats rougeoyants
Dans l'immortel instant de ce temps d'autrefois

Un soleil blanc d'hiver vient dissoudre la brume
Le vent ne parle plus, le feu couve et consume
La bûche aux braises ardentes sous le gris de la cendre

C'est un hiver qui passe et le temps sans attendre
Laisse une nouvelle empreinte chaque année sur le corps
Le coeur qui n'en a cure, bat toujours aussi fort!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire