Libellés

lundi 13 avril 2020

Art sacré en Kreiz Breizh

Les mystères du calvaire de l'enclos paroissial de Rosquelfen en Laniscat (22570) Bon Repos sur Blavet.
calvaire de Rosquelfen vu du clocher

Ce calvaire daté du tout début XVIe siècle se situe à proximité du porche d'entrée Sud de la chapelle de Rosquelfen. Inscrit IMH depuis 1964, il a subi de nombreuses dégradations liées à la Révolution (martelage des sculptures) et à l'action météorique accentuée par une hétérogénéité du bâti  dont les parties sculptées étaient destinées à l'instruction de populations illettrées à l'époque de sa construction.
Le calvaire a été  confirmé dans son inscription aux Monuments Historiques au moment où la chapelle et son enclos ont été inscrits IMH le 10 Juin 2014.
Un bel exemple d'un tableau de la Passion du Christ est donné par le panneau sculpté de sa face Nord, celle qui se trouve face à la chapelle et qui a fait l'objet en 2012 d'une interprétation par  un connaisseur de l'art sacré en Bretagne: Jeff Philippe (de St Agathon). Un document sur ce calvaire a été publié dans le cadre des travaux de l'association des "Amis de la chapelle de Rosquelfen"en fin 2012.

Les 7 personnages du panneau Nord
Jeff Philippe indique: "Jésus est au milieu devant Pilate (troisième personnage en partant de la gauche), celui-ci se lave les mains sur les conseils de sa femme (deuxième personnage en partant de la gauche). Un serviteur apporte une serviette (troisième personnage en partant de la droite). Le premier personnage en partant de la gauche a perdu ses jambes. On observe trois arcs mitrés ornés qui chapotent la scène et sous chaque arc, les arcs trilobés qui complètent le décor. Cette illustration s'apparente à un "haut relief" taillé dans une roche compacte à grain fin mais de quelle nature? l'érosion et la couverture végétale (ici des lichens) masquent complètement la granulométrie et les possibilités d'identification pétrographique de cette roche grenue.
En regardant de près la manière dont les sculptures sont érodées, on aperçoit une direction horizontale comme la diaclase(fissure sans déplacement) au centre du panneau et ces lignes en relief dans la partie supérieure, sur les têtes sculptées. Ce type d'érosion sélective indique une orientation des minéraux par couches exprimées par l'érosion différentielle. Ces figures d'érosion sont plutôt caractéristiques de roches détritiques comme le grès à grain fin. Comme aucun grès employé en sculpture n'est connu à proximité et en dehors des grès verts chloriteux de Châteaulin, d'où proviennent ces pierres sculptées du bâti de ce calvaire? Un mystère encore à résoudre...
NB: cliquer sur les photos pour les agrandir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire