Libellés

mardi 21 avril 2020

Réflexions et confinement

Réflexions d'un confiné...

2020, année de grande crise avec arrêt brutal du monde de 2019, un moment qui donne le temps de réfléchir à l'après 2020.
Et qu'entendons-nous? un désir de retour à 2019, une attitude suicidaire face à la crise bien plus grave qui se profile: l'extermination des espèces vivantes dont la notre fait partie, car vouloir le retour du monde d'avant, c'est condamner nos petits enfants à ne pouvoir vivre sur cette planète.
Malgré la dégradation accélérée de l'environnement qui tue 700.000 personnes chaque année en Europe, malgré les incendies gigantesques d'Australie, d' Amazonie, aux Etats-Unis, malgré les disettes africaines et face à ce réel implacable, nous restons de marbre!
Quel sera donc le monde d'après le covid19? Imprévisible sans doute mais si le modèle reste 2019, il sera pire encore (avec une limitation sans précédent des libertés, traçages, privations de droits...) La conséquence sera un nombre de morts infiniment plus grand que par le coronavirus. S'il faut reprendre l'économie de "pleine croissance": avions, voitures, paquebots de croisières, tout ce qui conduit à une consommation inutile et énergivore (comme la 5G), un tourisme de masse aussi stupide que destructeur pour l'environnement, alors nous n'aurons rien compris et tout sera à craindre pour l'avenir.
Sur le chemin vert après retrait  des eaux du lac
de Guerlédan en 2015
Aujourd'hui on écoute les médecins parce que la mort frappe à nos portes, mais on n'écoute toujours pas les climatologues, naturalistes et hydrogéologues parce que ce qu'ils nous annoncent est différé, prévisible mais moins visible. Malgré l'affaissement de la vie constaté, nous restons indifférents à ce qui est en train de nous arriver.
Dommage! Nous avions l'occasion et  le temps nécessaire pour penser la vie autrement.
Aujourd'hui, dans mon village d'origine,l'actualité montre  un Blavet canalisé entre Gouarec et Bon-Repos, contaminé par une grave fuite de gas-oil, une triste illustration des atteintes à l'environnement et à la ressource en eau sans laquelle aucune vie n'est possible. Quand l'eau se retire, la terre se rétracte et la vie se retire aussi sans bruit...
L'urgence est donc de penser le monde autrement, de retirer à l'argent roi son pouvoir absolu et prioriser l'éducation, la pensée, la sagesse et la santé, une autre vision du monde  possible, la seule possible.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire